Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Rien ne va plus à la Chapelle (Paris)
Hier à 20:45 par olivier

» Musique : Ça écoute quoi un postier ?
Hier à 19:28 par Courteville

» Un peu de poésie dans ce monde de brutes !
Dim 14 Oct 2018 - 6:50 par betelgeuse

» Le calendrier grégorien
Mer 10 Oct 2018 - 20:01 par roger15

» abandon
Mar 9 Oct 2018 - 23:53 par tahar

» Gilets jaune
Mar 9 Oct 2018 - 14:46 par tontonmiky62

» facteur 2018
Lun 8 Oct 2018 - 18:31 par komoykaye

» Les apprentis jetables
Lun 8 Oct 2018 - 18:30 par Lavande

» Lundi 8 Octobre
Lun 8 Oct 2018 - 3:11 par betelgeuse

» Portail malin
Sam 6 Oct 2018 - 20:55 par marie49

» Le pouvoir d'achat des "inactifs"
Ven 5 Oct 2018 - 6:27 par betelgeuse

» grève à CHALON LAPIERRE le 3 octobre
Mar 2 Oct 2018 - 20:43 par petitbaba

» recap des grèves à la poste
Mar 2 Oct 2018 - 20:15 par riboul

» Hauts-de-Seine : après un mois de grève, le conflit se durcit à la Poste
Mer 26 Sep 2018 - 18:19 par ovide

» Habillement
Mer 26 Sep 2018 - 18:17 par poif1

» 26 mars - 26 septembre: 6 mois de grève dans les Hauts de Seine
Mer 26 Sep 2018 - 17:40 par riboul

» ça chauffe à la poste du Sénégal
Mer 26 Sep 2018 - 17:34 par riboul

» presentation
Mar 25 Sep 2018 - 17:22 par kewels974

» L'Indre-et-Loire a perdu 600 potiers en 11 ans
Dim 23 Sep 2018 - 11:32 par FireWalker

» Affiche
Dim 23 Sep 2018 - 0:16 par tahar

» Pas un seul cheveu blanc n'a poussé sur nos rêves
Ven 21 Sep 2018 - 18:35 par cafard

» Poste de technicien SI
Ven 21 Sep 2018 - 6:28 par LEO FERRE

» salute
Jeu 20 Sep 2018 - 15:10 par beau gosse

» Bonjour
Sam 15 Sep 2018 - 18:15 par SVPat

» Recherche année 1961
Sam 15 Sep 2018 - 12:37 par Marriuccia12

» Le mardi 9 octobre 2018, tous dans la rue...
Ven 14 Sep 2018 - 5:09 par nine

» les hauts cadres de la poste sont ils "surprotégés"?
Lun 10 Sep 2018 - 19:13 par camille

» Limours : les facteurs en grève depuis un mois
Ven 7 Sep 2018 - 16:01 par riboul

» Grève de la faim d'un facteur
Jeu 6 Sep 2018 - 17:27 par ovide

» parution officielle
Mar 4 Sep 2018 - 23:50 par tahar

» Pastiche
Mar 4 Sep 2018 - 12:45 par tahar

» Email méprisant et humiliant
Lun 3 Sep 2018 - 7:50 par ovide

» Histoire du calendrier ou almanach du facteur
Dim 2 Sep 2018 - 8:47 par Lavande

» Inspiré par vous
Sam 1 Sep 2018 - 18:19 par tahar

» Panoramix
Ven 31 Aoû 2018 - 16:48 par josephe

» Si même les briques s'y mettent..
Ven 31 Aoû 2018 - 0:42 par tahar

» Rendez à César ...
Ven 31 Aoû 2018 - 0:11 par tahar

» Tagada
Jeu 30 Aoû 2018 - 8:10 par Lavande

» La poste belge veut arrêter de distribuer le courrier tous les jours
Jeu 30 Aoû 2018 - 7:12 par ovide

» Bonjour
Jeu 30 Aoû 2018 - 5:53 par mozer1383

» Cosne et Saint-Amand : préavis de grève illimitée à partir de mercredi 22 août
Jeu 23 Aoû 2018 - 12:58 par riboul

» Rentrée littéraire aux éditions Assyelle.
Jeu 23 Aoû 2018 - 10:19 par tahar

» Poste suisse: la confiance des collaborateurs dans l'entreprise s'est détériorée
Mer 22 Aoû 2018 - 17:00 par riboul

» il faut prendre l'argent là où il se trouve...
Ven 17 Aoû 2018 - 22:16 par ovide

» recherche collègue Paris 8 la Boetie (1981 - 1982)
Mer 15 Aoû 2018 - 19:11 par lapin7

» postiers a boulogne billancourt de 1989 à 1998
Lun 13 Aoû 2018 - 21:04 par manuropars

» Essonne : préavis de grève illimitée sur 6 sites de la Poste
Lun 13 Aoû 2018 - 17:24 par riboul

» L'enquête sur la mort d'un livreur de la Poste est toujours en cours
Lun 13 Aoû 2018 - 16:32 par M. X

» Un monde en colère
Sam 11 Aoû 2018 - 23:32 par josephe

» Suisse : Postfinance confirme les 500 licenciements
Ven 10 Aoû 2018 - 13:05 par ovide

» La Poste brûle sous l'effet de la canicule!
Jeu 9 Aoû 2018 - 6:37 par betelgeuse

» Grève de la distribution à La Poste de Muret
Mar 7 Aoû 2018 - 16:44 par riboul

» Mon hommage à Vincent ...
Lun 6 Aoû 2018 - 21:40 par agapée63

» Tous avec Christophe
Ven 3 Aoû 2018 - 18:34 par ovide

» Un de mes amis vient de m'envoyer une photo prise il y a 4 heures, ce vendredi 03 août 2018, devant la poste de Biarritz.
Ven 3 Aoû 2018 - 17:56 par tahar

» Il me manque 13 jours pour bénéficier du TPAS avec pénibilité !
Mer 1 Aoû 2018 - 23:53 par Adelblansec

» ils se prennent pour qui ???
Lun 30 Juil 2018 - 17:26 par nine

» St-Denis La Réunion: La poste en grève reconductible
Dim 29 Juil 2018 - 10:06 par bougna

» Recherche collègues de St Tropez entre 1984-1992
Ven 27 Juil 2018 - 19:23 par SPILETTI

» photo d'un bus PK pour le transport des facteurs
Ven 27 Juil 2018 - 19:19 par SPILETTI

» Présentation "Spiletti"
Ven 27 Juil 2018 - 18:44 par SPILETTI

» Bribes d'histoire postale : Paris RP
Ven 27 Juil 2018 - 12:01 par SPILETTI

» Que deviens Paris Louvre ?
Ven 27 Juil 2018 - 11:57 par SPILETTI

» photo non datée d'un facteur au Louvre
Ven 27 Juil 2018 - 11:30 par SPILETTI

» La poste condamnée pour travail dissimulé
Jeu 26 Juil 2018 - 15:49 par riboul

» Grève facteurs Rennes Crimée
Mer 25 Juil 2018 - 19:06 par riboul

» Méfiez-vous du côté obscur !
Lun 23 Juil 2018 - 17:42 par tahar

» Boites aux lettres décorées
Dim 22 Juil 2018 - 22:34 par pepito

» Alpes de Haute-Provence : préavis de grève à La Poste
Mer 18 Juil 2018 - 19:38 par riboul

» Prime rouleur
Mer 18 Juil 2018 - 18:08 par casper

» la poste suisse invente le guichet à domicile
Lun 16 Juil 2018 - 20:31 par jeanpaul31

» A lyon, les canuts insoumis se mobilisent
Dim 15 Juil 2018 - 15:50 par riboul

» ancien de trappes CTA
Sam 14 Juil 2018 - 1:40 par gilles.ramelet@gmail.com

» Le silence ou L'action
Ven 13 Juil 2018 - 17:31 par road runner

» canicule + épuisement lié à la mise en place d'une réorg : les facteurs de Marseille 4 / 14 utilisent leur droit de retrait
Mar 10 Juil 2018 - 5:54 par nine

» Qui ose parler de charité
Dim 8 Juil 2018 - 23:13 par josephe

» Recherche collegues des "chéques postaux" de Paris années 77 à 79
Dim 8 Juil 2018 - 15:09 par pocari

» avis de recherche ,souvenirs postiers
Dim 8 Juil 2018 - 15:02 par pocari

» S'incliner ou se révolter
Dim 8 Juil 2018 - 13:44 par riboul

» explication rente à 65%
Dim 8 Juil 2018 - 12:32 par nanou2423

» Une nouvelle de plus :D
Mer 4 Juil 2018 - 14:44 par Andrea31

» preavis de greve national de sud en pic
Mar 3 Juil 2018 - 18:23 par Lavande

» prendre la parole, un enjeu de pouvoir !
Lun 2 Juil 2018 - 19:55 par riboul

» demande de retraite
Lun 2 Juil 2018 - 17:50 par mrbean

» Interpellation raciste et violente d’un facteur place des Terreaux (Lyon)
Lun 2 Juil 2018 - 7:34 par olivier

» Lutte gagnante à Changé (sarthe)
Dim 1 Juil 2018 - 0:32 par Firebac

» grève des facteurs de Vic Fezensac (Gers)
Sam 30 Juin 2018 - 11:06 par olivier

» Arrêt Omont
Ven 29 Juin 2018 - 22:24 par olivier

» apres VSMP, VSMD...
Ven 29 Juin 2018 - 20:30 par cafard

» fais-moi signe
Jeu 28 Juin 2018 - 22:27 par tahar

» Face aux réorganisations, solidarité et autodéfense de classe!
Jeu 28 Juin 2018 - 21:04 par olivier

» Une analyse critique du mouvement social du printemps 2018 et sa défense du "service public"
Jeu 28 Juin 2018 - 17:19 par cafard

» les facteurs d'Epinal en grève
Jeu 28 Juin 2018 - 10:17 par olivier

» Qui est passé par les foyers de la Poste ?
Mer 27 Juin 2018 - 17:06 par REGINA

» Prêt la banque postale
Lun 25 Juin 2018 - 21:06 par youyou


Partagez | 
 

 Au travail, la maladie reste honteuse

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Au travail, la maladie reste honteuse   Ven 1 Juin 2012 - 22:44

lu sur libé :

Au travail, la maladie reste honteuse
28 mai 2012 à 19:06

-

Par fierté, peur d’être moquées, rétrogradées ou licenciées, nombre de personnes cachent leur handicap. Une attitude qui n’est pas sans risques. Etat des lieux.
Par WILLY LE DEVIN

Retour à la case départ. Après des années de campagnes contre les préjugés, de secrétariats d’Etat ad hoc et de missions de sensibilisation, on pouvait naïvement penser que la perception du handicap et de la maladie dans la sphère professionnelle évoluait. Il n’en est rien…

Au même titre que l’illettrisme et la séropositivité, les handicaps, lorsqu’ils sont invisibles évidemment, font l’objet de toutes les cachotteries. Effrayés par la discrimination dont ils pourraient bien devenir victimes, de nombreux salariés mentent à leurs supérieurs, serrent les dents, et limitent les collègues mis dans la confidence. «Masquer son handicap, c’est se donner le maximum de chance de garder son emploi. Savez-vous qu’en France, ce sont près de 120000 personnes qui sont licenciées chaque année pour inaptitude ? Sans compter ceux qui subissent des diminutions de salaires, des placardisations ou des pertes soudaines de responsabilités. Aujourd’hui, on peut l’affirmer scientifiquement : handicap ou maladie = pénalisation au travail», martèle Arnaud de Broca, secrétaire général de la FNATH, l’association des accidentés de la vie.

Jean-Luc (1), 51 ans, est de ceux qui, «sans en être fier», font comme si. Depuis 2006, et un accident du travail, il souffre de ce que les médecins appellent «un trouble musculo-squelettique», maladie professionnelle la plus répandue en France. En gros, il a l’épaule «qui siffle» : «J’ai les cartilages usés par la répétition de mouvements identiques. Certains jours, particulièrement lorsqu’il fait mauvais temps, ça me fait un mal de chien.» Pour tenir, Jean-Luc, qui ne citera jamais le nom de son employeur pour ne pas risquer d’être reconnu, tourne aux antidouleurs. A raison de plusieurs prises dans la journée quand ça va vraiment mal. «C’était ça ou le boss m’aurait forcé à prendre un temps partiel. Or, j’ai mis 20 ans à arriver à mon poste de contremaître. Je ne veux pas tout perdre et j’ai besoin d’argent», confie-t-il. Sa femme, Sylviane, est déjà à mi-temps. Et la maison n’est pas totalement payée.

Appréhensions. Aux yeux d’Anne-Marie Waser, sociologue, auteure d’une étude parue en 2009 sur le retour au travail après le cancer, ce raisonnement est extrêmement classique : «On s’aperçoit que ce sont surtout les hommes qui cachent leurs incapacités. Et plus le poste est bas dans la hiérarchie sociale, plus le handicap est passé sous silence. Cela s’explique très simplement par l’urgence liée à l’absence de couverture. L’ouvrier qui n’a pas de mutuelle ou de prévoyance par exemple, va retourner au charbon le plus vite possible après une maladie longue. Et ce, en ignorant le plus souvent les précautions médicales d’usage».

Toutefois, qu’ils soient précaires, cadres, ou même chefs d’entreprise, «ceux qui cachent» poursuivent une quête commune: celle d’une vie normale. Ou la fierté est sauve. Ou l’on produit autant que son collègue. Ou l’on n’est pas pointé du doigt. «Un handicap quel qu’il soit est toujours plus ou moins source de honte», confie François Desriaux, rédacteur en chef de la revue Santé & Travail, «il n’y a donc pas de bonne façon de gérer son handicap au travail. Il y a surtout une démarche personnelle que chacun doit définir et dans laquelle il se sent bien. En revanche, il faut assumer sa décision. Ne pas révéler son handicap peut être une source de pression supplémentaire. Nous connaissons des personnes pour qui le secret a fini par être trop lourd à porter et qui sont tombées, en plus, en dépression.»

Difficultés. La seule qui ait finalement une obligation de déclaration est l’entreprise. La loi de 2005 obligeant les sociétés d’au moins 20 salariés à embaucher un minimum de 6% de travailleurs handicapés a bouleversé les - mauvaises - habitudes. Aujourd’hui, des cadres bien définis existent, permettant l’intégration de toutes les formes de handicap pour peu qu’elles soient compatibles avec une activité durable. Mais si beaucoup de sociétés, notamment les très grandes, sont désormais plus ou moins en règle, reste le point noir des PME. Trop occupées à scruter leurs comptes en cette période de fort ralentissement économique, elles demeurent de très mauvais élèves. «Je n’ose imaginer ce que serait la situation dans ce secteur si le texte de 2005 n’avait pas vu le jour», désespère Anne-Marie Waser, «bien souvent, le seul cas de hiérarchie compréhensive c’est quand le patron possède lui-même un proche atteint de longue maladie. Il y est donc sensible en raison de son expérience personnelle… Et je ne caricature qu’à peine !» Pour mettre un terme à cette inertie, de multiples missions gouvernementales sont mises en place. Objectif ? Former les CHSCT (comité d’hygiène et de sécurité) et les services de ressources humaines pour qu’enfin «ils sachent faire.» Intégrer ou réintégrer une personne diminuée se prépare. Se pense. S’explique (lires page suivantes).

Oui, le handicap ne suscite pas la tolérance mais l’intransigeance. Dans une société, l’aménagement d’un poste de travail apparaît rapidement aux yeux des collègues vachards comme un privilège. Une réduction du temps de travail devient la marque d’un favoritisme. Avec cette idée sous jacente «que la maladie a bon dos»… Mélangez le tout dans un doigt de sarkozysme électoral, pour qui l’assistanat et la fraude sont omniprésents partout, et vous aurez un cocktail définitivement imbuvable. Dès lors, comment ne pas goûter le confort du silence?

François Desriaux s’emporte: «Si on veut qu’un jour les salariés s’acceptent avec leurs failles, il faudrait déjà arrêter de les culpabiliser. On nous dit sans arrêt qu’il faut travailler plus longtemps mais sans accepter la casse que cela induit. Nous sommes condamnés à être des athlètes.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au travail, la maladie reste honteuse   Sam 2 Juin 2012 - 2:05

En gros, c'est "marches ou crèves !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au travail, la maladie reste honteuse   Mer 3 Oct 2012 - 21:28

calimérotte a écrit:
En gros, c'est "marches ou crèves !"

heuuu quel aco n'a pas eu un courrier de la cpam car lp ne déclare pas le salaire des salariés malades
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au travail, la maladie reste honteuse   Jeu 11 Oct 2012 - 11:54

echo a écrit:
calimérotte a écrit:
En gros, c'est "marches ou crèves !"

heuuu quel aco n'a pas eu un courrier de la cpam car lp ne déclare pas le salaire des salariés malades

Bonjour,

Heureux de voir que je ne suis pas seul dans cette situation là.

J'ai eu de gros pépins et des relances de la Sécu pour des arrêts non déclarés par la poste.
Comme si j'avais fait exprès d'être malade.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au travail, la maladie reste honteuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au travail, la maladie reste honteuse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Congé maladie et règles douloureuses
» Besoin de votre aide pour définir mes possibilités (maladie et temps de travail)
» arrêt de travail et grossesse
» arrêt de travail...et gynéco...
» 3 questions : arrêt maladie et déclaration pajemploi heures complémentaires et congés payés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS EN LUTTE :: Luttes et grèves en cours et à venir-
Sauter vers:  
Liens syndicalisés
Liste des sites internet qui ont syndicalisé le Forum des Postiers CGT Villeurbanne PPDC / SUD Postaux Paris / SUD PTT 31 / CNT PTT / SUD PTT 44 / UNSA Postes paris / SUD PTT 69 / SUD PTT 36-37 / CGT FAPT 74 / CGT FAPT PIC Lesquin / SUD PTT Manche /FO Poste 38 / FO com Poste 06 / CGT PFC Moissy / CGT FAPT PIC Val de Loire / CGT FAPT 83 / CNT Martigues CC-T1 / SUD PTT Pays d'Auge / / ANR 55 / Etincelle Poste Paris / Postiers du calvados / Tribune de Nice Thiers PPDC / / Si nous avons oublié un site, contactez-nous !