Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Musique : Ça écoute quoi un postier ?
Aujourd'hui à 18:37 par cafard

» L'Indre-et-Loire a perdu 600 potiers en 11 ans
Aujourd'hui à 11:32 par FireWalker

» Un peu de poésie dans ce monde de brutes !
Aujourd'hui à 8:23 par betelgeuse

» Affiche
Aujourd'hui à 0:16 par tahar

» recap des grèves à la poste
Hier à 19:35 par CarlosHdF

» Pas un seul cheveu blanc n'a poussé sur nos rêves
Ven 21 Sep 2018 - 18:35 par cafard

» Poste de technicien SI
Ven 21 Sep 2018 - 6:28 par LEO FERRE

» salute
Jeu 20 Sep 2018 - 15:10 par beau gosse

» Hauts-de-Seine : après un mois de grève, le conflit se durcit à la Poste
Mar 18 Sep 2018 - 12:14 par ovide

» Bonjour
Sam 15 Sep 2018 - 18:15 par SVPat

» Recherche année 1961
Sam 15 Sep 2018 - 12:37 par Marriuccia12

» Le mardi 9 octobre 2018, tous dans la rue...
Ven 14 Sep 2018 - 5:09 par nine

» les hauts cadres de la poste sont ils "surprotégés"?
Lun 10 Sep 2018 - 19:13 par camille

» Limours : les facteurs en grève depuis un mois
Ven 7 Sep 2018 - 16:01 par riboul

» Grève de la faim d'un facteur
Jeu 6 Sep 2018 - 17:27 par ovide

» parution officielle
Mar 4 Sep 2018 - 23:50 par tahar

» Pastiche
Mar 4 Sep 2018 - 12:45 par tahar

» Email méprisant et humiliant
Lun 3 Sep 2018 - 7:50 par ovide

» Histoire du calendrier ou almanach du facteur
Dim 2 Sep 2018 - 8:47 par Lavande

» Inspiré par vous
Sam 1 Sep 2018 - 18:19 par tahar

» Panoramix
Ven 31 Aoû 2018 - 16:48 par josephe

» Si même les briques s'y mettent..
Ven 31 Aoû 2018 - 0:42 par tahar

» Rendez à César ...
Ven 31 Aoû 2018 - 0:11 par tahar

» Tagada
Jeu 30 Aoû 2018 - 8:10 par Lavande

» La poste belge veut arrêter de distribuer le courrier tous les jours
Jeu 30 Aoû 2018 - 7:12 par ovide

» Bonjour
Jeu 30 Aoû 2018 - 5:53 par mozer1383

» Cosne et Saint-Amand : préavis de grève illimitée à partir de mercredi 22 août
Jeu 23 Aoû 2018 - 12:58 par riboul

» Rentrée littéraire aux éditions Assyelle.
Jeu 23 Aoû 2018 - 10:19 par tahar

» Poste suisse: la confiance des collaborateurs dans l'entreprise s'est détériorée
Mer 22 Aoû 2018 - 17:00 par riboul

» il faut prendre l'argent là où il se trouve...
Ven 17 Aoû 2018 - 22:16 par ovide

» recherche collègue Paris 8 la Boetie (1981 - 1982)
Mer 15 Aoû 2018 - 19:11 par lapin7

» postiers a boulogne billancourt de 1989 à 1998
Lun 13 Aoû 2018 - 21:04 par manuropars

» Essonne : préavis de grève illimitée sur 6 sites de la Poste
Lun 13 Aoû 2018 - 17:24 par riboul

» L'enquête sur la mort d'un livreur de la Poste est toujours en cours
Lun 13 Aoû 2018 - 16:32 par M. X

» Un monde en colère
Sam 11 Aoû 2018 - 23:32 par josephe

» presentation
Sam 11 Aoû 2018 - 10:26 par Lavande

» Suisse : Postfinance confirme les 500 licenciements
Ven 10 Aoû 2018 - 13:05 par ovide

» La Poste brûle sous l'effet de la canicule!
Jeu 9 Aoû 2018 - 6:37 par betelgeuse

» Grève de la distribution à La Poste de Muret
Mar 7 Aoû 2018 - 16:44 par riboul

» Mon hommage à Vincent ...
Lun 6 Aoû 2018 - 21:40 par agapée63

» Tous avec Christophe
Ven 3 Aoû 2018 - 18:34 par ovide

» Un de mes amis vient de m'envoyer une photo prise il y a 4 heures, ce vendredi 03 août 2018, devant la poste de Biarritz.
Ven 3 Aoû 2018 - 17:56 par tahar

» Il me manque 13 jours pour bénéficier du TPAS avec pénibilité !
Mer 1 Aoû 2018 - 23:53 par Adelblansec

» ils se prennent pour qui ???
Lun 30 Juil 2018 - 17:26 par nine

» St-Denis La Réunion: La poste en grève reconductible
Dim 29 Juil 2018 - 10:06 par bougna

» Recherche collègues de St Tropez entre 1984-1992
Ven 27 Juil 2018 - 19:23 par SPILETTI

» photo d'un bus PK pour le transport des facteurs
Ven 27 Juil 2018 - 19:19 par SPILETTI

» Présentation "Spiletti"
Ven 27 Juil 2018 - 18:44 par SPILETTI

» Bribes d'histoire postale : Paris RP
Ven 27 Juil 2018 - 12:01 par SPILETTI

» Que deviens Paris Louvre ?
Ven 27 Juil 2018 - 11:57 par SPILETTI

» photo non datée d'un facteur au Louvre
Ven 27 Juil 2018 - 11:30 par SPILETTI

» La poste condamnée pour travail dissimulé
Jeu 26 Juil 2018 - 15:49 par riboul

» Grève facteurs Rennes Crimée
Mer 25 Juil 2018 - 19:06 par riboul

» Méfiez-vous du côté obscur !
Lun 23 Juil 2018 - 17:42 par tahar

» Boites aux lettres décorées
Dim 22 Juil 2018 - 22:34 par pepito

» Alpes de Haute-Provence : préavis de grève à La Poste
Mer 18 Juil 2018 - 19:38 par riboul

» Prime rouleur
Mer 18 Juil 2018 - 18:08 par casper

» Recherche Collègues Paris XV jusqu'en 2003
Lun 16 Juil 2018 - 20:49 par Bretécher Anne

» la poste suisse invente le guichet à domicile
Lun 16 Juil 2018 - 20:31 par jeanpaul31

» A lyon, les canuts insoumis se mobilisent
Dim 15 Juil 2018 - 15:50 par riboul

» ancien de trappes CTA
Sam 14 Juil 2018 - 1:40 par gilles.ramelet@gmail.com

» Le silence ou L'action
Ven 13 Juil 2018 - 17:31 par road runner

» canicule + épuisement lié à la mise en place d'une réorg : les facteurs de Marseille 4 / 14 utilisent leur droit de retrait
Mar 10 Juil 2018 - 5:54 par nine

» Qui ose parler de charité
Dim 8 Juil 2018 - 23:13 par josephe

» Recherche collegues des "chéques postaux" de Paris années 77 à 79
Dim 8 Juil 2018 - 15:09 par pocari

» avis de recherche ,souvenirs postiers
Dim 8 Juil 2018 - 15:02 par pocari

» S'incliner ou se révolter
Dim 8 Juil 2018 - 13:44 par riboul

» explication rente à 65%
Dim 8 Juil 2018 - 12:32 par nanou2423

» Une nouvelle de plus :D
Mer 4 Juil 2018 - 14:44 par Andrea31

» preavis de greve national de sud en pic
Mar 3 Juil 2018 - 18:23 par Lavande

» prendre la parole, un enjeu de pouvoir !
Lun 2 Juil 2018 - 19:55 par riboul

» demande de retraite
Lun 2 Juil 2018 - 17:50 par mrbean

» Interpellation raciste et violente d’un facteur place des Terreaux (Lyon)
Lun 2 Juil 2018 - 7:34 par olivier

» Lutte gagnante à Changé (sarthe)
Dim 1 Juil 2018 - 0:32 par Firebac

» grève des facteurs de Vic Fezensac (Gers)
Sam 30 Juin 2018 - 11:06 par olivier

» Arrêt Omont
Ven 29 Juin 2018 - 22:24 par olivier

» apres VSMP, VSMD...
Ven 29 Juin 2018 - 20:30 par cafard

» fais-moi signe
Jeu 28 Juin 2018 - 22:27 par tahar

» Face aux réorganisations, solidarité et autodéfense de classe!
Jeu 28 Juin 2018 - 21:04 par olivier

» Une analyse critique du mouvement social du printemps 2018 et sa défense du "service public"
Jeu 28 Juin 2018 - 17:19 par cafard

» les facteurs d'Epinal en grève
Jeu 28 Juin 2018 - 10:17 par olivier

» Qui est passé par les foyers de la Poste ?
Mer 27 Juin 2018 - 17:06 par REGINA

» Prêt la banque postale
Lun 25 Juin 2018 - 21:06 par youyou

» Lalevade-d'Ardèche : la grève se poursuit au centre de tri de La Poste
Lun 25 Juin 2018 - 20:39 par riboul

» Vic Fezensac: la brigade des traîtres logée à l'hotel
Lun 25 Juin 2018 - 20:35 par riboul

» séparation et fiche famille rh
Sam 23 Juin 2018 - 17:48 par ibra75

» Joué-lès-Tours. Grève au site de distribution de La Poste
Ven 22 Juin 2018 - 8:31 par olivier

» Grève des facteurs ce jeudi à Joué-les-Tours et Chambray-les-Tours
Jeu 21 Juin 2018 - 18:17 par riboul

» Sur les droits des femmes en 1894
Jeu 21 Juin 2018 - 12:31 par agapée63

» Olaa
Jeu 14 Juin 2018 - 5:45 par nine

» 100% des guichetiers de Firminy, Unieux et du Chambon-Feugerolles étaient en grève mardi
Mer 13 Juin 2018 - 20:12 par olivier

» grève nationale contre la pause méridienne le 11 juin !
Mar 12 Juin 2018 - 20:13 par M. X

» Présentation "bonjour"
Mar 12 Juin 2018 - 20:12 par madame la farceuse

» Le syndicat Sud PTT de l'Hérault dénonce une nouvelle tentative de suicide à La Poste
Mar 12 Juin 2018 - 14:40 par riboul

» Que lisez vous en ce moment ?
Dim 10 Juin 2018 - 16:31 par facteur +


Partagez | 
 

 Des milliers d'alternatives pour mieux vivre!

Aller en bas 
AuteurMessage
betelgeuse

avatar

Féminin Nombre de messages : 2777
Humeur : "On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux" Antoine de St Exupéry
Date d'inscription : 19/11/2012

MessageSujet: Des milliers d'alternatives pour mieux vivre!   Lun 7 Jan 2013 - 6:03

Un million d'alternatives: un autre monde existe déjà!
Avec son livre «Un million de révolutions tranquilles», la journaliste Bénédicte Mannier déconstruit le dogme thatchérien du «There is no alternative» et redonne le sourire et l'envie d'agir à tous ceux qui avaient abandonné tout espoir dans le changement. Pour l'auteure, un autre monde est non seulement possible, mais il existe déjà.



- A Tel Aviv, en août 2011 dans le cadre d'une manifestation contre le coût de la vie - REUTERS/Baz Ratner -



«There is no alternative». Si Margareth Thatcher touchait des royalties à chaque fois que ces quatre mots étaient prononcés, elle serait probablement multimilliardaire. En effet, depuis plus de trente ans, les têtes de gondoles de l'intelligentsia libérale n'ont eu de cesse de nous expliquer qu'il n'y avait point de salut en dehors du marché, de la concurrence mondialisée, de la baisse du «coût du travail» et des dépenses de l’État.



«There is no alternative».



Cette «arme rhétorique redoutable» a servi à légitimer les coupes qu'ont subi l’État providence et le droit du travail depuis la contre révolution libérale des années 70/80. Toute proposition ne rentrant pas dans le cadre de référence qu'est devenu le libéralisme mondialisé étant considérée, au mieux, comme irréalisable et utopiste.





Avec son livre Un million de révolutions tranquilles, la journaliste Bénédicte Mannier déconstruit ce dogme et envoie dans les cordes la Dame de fer et ses disciples. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si, dès la première page, en réponse à Thatcher, elle cite une phrase de Susan Georges, tout aussi laconique et formelle: «There are thousands of alternatives» (il y a des milliers d'alternatives). Pour le prouver, elle est partie à la rencontre d'hommes et de femmes qui changent le monde concrètement, à leur échelle.



En parcourant ce livre, on apprend qu'en Inde, les habitants de la région désertique du Rajasthan ont réussi à réhydrater les sols en creusant eux-mêmes des puits, assurant ainsi leur autosuffisance alimentaire et leur permettant de dégager des revenus. En France, des citoyens réunis en association qui investissent leur épargne dans des projets liés à l'économie locale ont déjà aidé un millier d'entreprises.

Aux Pays-Bas, des groupements se sont créés pour ériger des habitats partagés, respectueux de l'environnement, insensibles à la spéculation immobilière et créateurs de lien social puisqu'ils regroupent volontairement jeunes et personnes âgées. Tandis qu'en Espagne, des groupes de prêts autofinancés se sont développés pour palier les galères du quotidien. Tout au long de l'ouvrage, elle égraine par dizaines les exemples de ce type.

Coopératives, autarcie énergétique: un autre monde existe déjà
L'auteure met un point d'honneur à souligner le caractère viable des projets qu'elle rapporte. Elle ne se contente pas d'affirmer qu'un autre monde est possible, elle nous montre qu'il existe déjà. On y apprend par exemple que les coopératives emploient 100 millions de personnes dans le monde, soit 20% de plus que les multinationales. Ou qu'en 2010 aux États-Unis, 750.000 familles vivaient en autarcie énergétique grâce aux énergies 100% renouvelables.



L'entreprise, l'environnement, la démocratie, la monnaie, l'agriculture, l'habitat... rares sont les domaines qui sont épargnés par ces «révolutions tranquilles». Cet ouvrage est un recueil de chroniques d'un monde qui change, tranquillement mais inexorablement. «Au sein d'un capitalisme sans issue s'esquissent, lentement, en de multiples endroits de la planète, les contours d'une société plus participative, plus solidaire, plus humaine», analyse-t-elle.

La plupart des citoyens qu'elle a rencontré utilisent les technologies modernes pour développer leurs projets, mais les idées qui les animent n'ont rien de nouvelles. Ils se sont simplement rendus compte que les solutions à leurs problèmes pouvaient se trouver dans leurs traditions, les valeurs ancestrales de l'échange, du don et de l'association. C'est par exemple en se basant sur des techniques d'irrigation traditionnelles que des paysans ont pu rendre leurs terres de nouveau fertiles tout en s'émancipant des multinationales.





Utopies concrètes


Quant aux coopératives, elles remontent aux XIXème siècle. Si elles ont connu un boom récemment, c'est parce que les fermetures d'usines en pagaille n'ont laissé d'autre choix aux ouvriers que de s'associer pour subsister. «En général, ce qu'ils inventent est révélateur des maux qu'ils doivent affronter», note-t-elle.



Convaincant, parce qu'il traite d'utopies concrètes, l'ouvrage a de quoi redonner le sourire et l'envie d'agir à tous ceux qui avaient abandonné tout espoir dans le changement. En ce sens, il est salvateur, car le pessimisme ambiant ne fait que nous conforter dans l'idée qu'il n'y a pas d'alternative au système actuel. Ici, Bénédicte Mannier nous livre un récit enthousiasmant et positif.



Elle prend son bâton de pèlerin et donne de la visibilité à ces initiatives dont on entend trop peu parler. Ce livre n'est pas un énième pamphlet sur le fonctionnement et les méfaits de la pensée unique libérale. Certes, l'auteure en souligne les limites et les aberrations, mais c'est à chaque fois pour montrer comment celles-ci ont été dépassées par de simples citoyens, fatigués d'être les éternels perdants de la «mondialisation heureuse».





Une arme contre la résignation


Alors que l'immense majorité de l'ouvrage est dédié à la description des mutations en cours, l'auteure tente de rendre le tout cohérent dans le dernier chapitre. Exercice périlleux tant il est plus aisé de jouer les Cassandre que de faire le pari de l'«intelligence collective». Là encore, la journaliste s'en sort avec brio:



«La reprise en main par les citoyens des enjeux qui les concernent est une histoire qui semble constamment en train de s'écrire et qui devrait, dans les années qui viennent être l'objet d'un intérêt croissant.»



Pour Bénédicte Mannier, si ces mutations sont encore «largement ignorées», c'est qu'«elles naissent et se développent silencieusement, au sein de catégories sociales que l'on croyait acquises aux valeurs néo-libérales mais qui, aujourd'hui s'en détachent et inventent des formes plus solidaires de travail, d'habitat, de consommation ou de vie sociale».

Elle réfute l'idée qui voudrait que la population mondiale soit résignée et prête à endurer sans réagir les maux auxquels semblent nous destiner la société actuelle. «Alors, apathique, résignée la société civile? Elle n'a en réalité jamais été aussi lucide, aussi intelligente. Elle découvre aujourd'hui sa force collective, exprime une pensée critique articulée qui signe la fin de l'hégémonie culturelle néolibérale et clame son exigence de changements concrets», se réjouit l'auteure.

Selon elle, cette aspiration à une société plus juste est d'autant plus inexorable que le modèle consumériste ne convainc plus et que les alternatives qui lui sont opposées dépassent l'anachronique clivage gauche/droite. «À leur origine, il n'y a souvent ni théorie, ni théoricien: pour ces citoyens qui agissent, il s'agit simplement de trouver les réponses aux problèmes locaux (pertes d'emploi, dévitalisation des campagnes...) ou de mettre en œuvre des solutions qui dépassent les affrontements partisans (énergies renouvelables, démocratie participative...)». Et ces initiatives ne sont pas marginales. D'après une étude, ces citoyens engagés d'un genre nouveau, appelés «créatifs culturels», représenteraient entre 12 et 25% des habitants de leurs pays.





Un ouvrage de combat


Pour l'auteur, la révolution est en marche.



«Agir localement donne un visage réel au changement. En effet chaque fois qu'ils reprennent une forme de contrôle sur leur économie locale, leur travail, leur monnaie, leur consommation, leur milieu naturel, les citoyens déconstruisent la mondialisation. Ils ramènent la gestion de la res publica (chose publique) à leur échelle, en lui imposant leurs propres règles, plus justes, ils façonnent le monde idéal qui leur échappe à l'échelle globale. Ils redonnent alors à leur vie un nouveau sens, inventent une façon de vivre qui leur convient et, surtout prennent conscience de leur pouvoir d'action».

Parce qu'il est résolument optimiste, Un million de révolutions tranquilles est un ouvrage de combat. C'est une invitation implicite à l'action. Car, même si l'auteure n'interpelle jamais directement le lecteur, elle lui fait comprendre qu'il n'a plus d'excuse. En effet, ce livre nous montre qu'une autre façon de vivre est à notre portée et qu'il existe des milliers de façons de s'engager sans avoir à attendre un hypothétique grand soir.



En ces temps moroses où futur rime avec dégradation de nos conditions de vie, cet ouvrage présente le présent et l'avenir sous des perspectives réjouissantes. Et ça fait un bien fou. Pour autant, il se garde de tout angélisme. L'auteure sait que l'installation d'un parc éolien autogéré dans le fin fond de la France ne mettra pas à terre l'ogre capitaliste. Mais, au delà des conséquences que ces millions de révolutions tranquilles génèrent (redynamisation de l'économie locale, lutte contre la malbouffe, création d'emplois et de lien social...), c'est ce qu'elles nous disent sur la société qui importe à l'auteure.



Elle voit dans ces mouvements le reflet de «la conscience retrouvée des citoyens à pouvoir agir sur leur destinée commune». Comme Eluard, elle pense qu'«un nouveau monde existe, il est dans celui-ci». Reste maintenant à savoir si la société est assez mûre pour que ces «révolutions tranquilles» prennent une l'ampleur suffisante, au point d'ébranler les principes dépassés qui régissent encore le vieux monde.



Emmanuel Daniel

Slate.fr



Revenir en haut Aller en bas
 
Des milliers d'alternatives pour mieux vivre!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ostéo pour mieux dormir ?
» jeu pour mieux se connaitre chacune :)
» Des vidéos pour mieux vous expliquer !
» Payer pour sa santé
» Budget pour vivre a Dublin avec 3 petits enfants?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS ET LOISIRS :: Coin Culture-
Sauter vers:  
Liens syndicalisés
Liste des sites internet qui ont syndicalisé le Forum des Postiers CGT Villeurbanne PPDC / SUD Postaux Paris / SUD PTT 31 / CNT PTT / SUD PTT 44 / UNSA Postes paris / SUD PTT 69 / SUD PTT 36-37 / CGT FAPT 74 / CGT FAPT PIC Lesquin / SUD PTT Manche /FO Poste 38 / FO com Poste 06 / CGT PFC Moissy / CGT FAPT PIC Val de Loire / CGT FAPT 83 / CNT Martigues CC-T1 / SUD PTT Pays d'Auge / / ANR 55 / Etincelle Poste Paris / Postiers du calvados / Tribune de Nice Thiers PPDC / / Si nous avons oublié un site, contactez-nous !