Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» satisfation
Aujourd'hui à 17:56 par tahar

» Sécurité routière : la formation des seniors passe par La Poste
Aujourd'hui à 12:55 par riboul

» Bouches-du-Rhône: La grève à La Poste se répand comme une traînée de poudre
Hier à 22:40 par SVPat

» Grève facteurs Rennes Crimée
Hier à 15:20 par M. X

» Sa vie de facteur
Hier à 9:27 par riboul

» Montaigu-de-Quercy : les facteurs sont en grève illimitée
Jeu 19 Avr 2018 - 22:18 par facteur roulé

» grève majoritaire dans le sud de la seine et marne !
Jeu 19 Avr 2018 - 22:08 par facteur roulé

» appel à la lutte des grévistes du 33, du 35 et du 92 !
Jeu 19 Avr 2018 - 22:07 par facteur roulé

» Les usagers et les élus agissent
Jeu 19 Avr 2018 - 22:00 par facteur roulé

» Un treizième jour de grève à la Poste de Noyon
Jeu 19 Avr 2018 - 21:52 par facteur roulé

» Les facteurs de Morlaix en grève
Jeu 19 Avr 2018 - 21:51 par facteur roulé

» Sorigny : grève à la plateforme courrier de la Poste
Jeu 19 Avr 2018 - 21:48 par facteur roulé

» Curieux silence des média sur les grèves à la poste...
Jeu 19 Avr 2018 - 15:57 par lae

» Pétition pour soutenir Gaël et défendre le droit au syndicalisme
Jeu 19 Avr 2018 - 10:36 par olivier

» 5 mai, la fête à Macron
Jeu 19 Avr 2018 - 7:21 par Lavande

» Un sixième jour de grève annoncé pour les facteurs de Noyon
Jeu 19 Avr 2018 - 6:36 par casper

» grève et manifestation jeudi 19 avril 2018
Mer 18 Avr 2018 - 21:22 par casper

» Le pouvoir d'achat des "inactifs"
Mar 17 Avr 2018 - 23:18 par agapée63

» CGT et Solidaires appellent à la convergence des luttes
Mar 17 Avr 2018 - 14:12 par riboul

» fonctionnaires: la cfdt rejoint la contestation
Mar 17 Avr 2018 - 13:43 par casper

» après la cfdt, l'Unsa s'associe à son tour à la grève FP du 22 mai
Lun 16 Avr 2018 - 19:30 par riboul

» Histoires insolites du quotidien du facteur
Lun 16 Avr 2018 - 19:07 par Rango

» les facteurs de Saint Jean et l'Union (31) en grève
Lun 16 Avr 2018 - 8:58 par riboul

» courrier des lecteurs
Dim 15 Avr 2018 - 21:17 par patry

» accords syndicats
Dim 15 Avr 2018 - 19:00 par casper

» Poste de technicien SI
Sam 14 Avr 2018 - 17:54 par gilles2590

» Le blues des facteurs de Lassigny, en grève à leur tour
Sam 14 Avr 2018 - 13:09 par olivier

» grève départementale en Gironde !
Ven 13 Avr 2018 - 9:43 par olivier

» postiers a boulogne billancourt de 1989 à 1998
Mer 11 Avr 2018 - 18:57 par enzodias93

» L'avis de la masse
Mar 10 Avr 2018 - 17:22 par 89jeff

» Raison d'être
Ven 6 Avr 2018 - 19:04 par tahar

» Fusion du courrier
Ven 6 Avr 2018 - 7:07 par casper

» Contestation Arrêts Travail
Jeu 5 Avr 2018 - 13:23 par patry

» bonjour a toutes et tous
Jeu 5 Avr 2018 - 13:06 par Lavande

» Vocabulaire
Mer 4 Avr 2018 - 0:20 par tahar

» Presentation bonjour
Mar 3 Avr 2018 - 19:13 par sophie68/85

» photo non datée d'un facteur au Louvre
Dim 1 Avr 2018 - 21:00 par olivier

» Musique : Ça écoute quoi un postier ?
Dim 1 Avr 2018 - 12:27 par Lavande

» Ce forum, créé par des militants Sud PTT.....
Sam 31 Mar 2018 - 15:13 par Breizh35

» Face aux réorganisations, solidarité et autodéfense de classe!
Sam 31 Mar 2018 - 8:03 par olivier

» le 22 mars, sans hésiter, on y va tous !
Mar 27 Mar 2018 - 8:18 par Jean Legrillon

» Biquette54
Mar 27 Mar 2018 - 5:29 par Biquette54

» les grèves s'étendent à la distri !
Dim 25 Mar 2018 - 22:10 par Invité

» grève illimitée en Mayenne a partir du 23 mars
Sam 24 Mar 2018 - 21:53 par olivier

» " Une chanson douce "
Sam 24 Mar 2018 - 15:54 par josephe

» Pronom possessif
Jeu 22 Mar 2018 - 23:25 par tahar

» Lannion
Jeu 22 Mar 2018 - 22:06 par Thwinter

» Trou noir
Mar 20 Mar 2018 - 10:07 par agapée63

» Révolution
Lun 19 Mar 2018 - 21:35 par josephe

» Est une fin
Lun 19 Mar 2018 - 21:32 par josephe

» appel à la grève illimitée en Mayenne
Dim 18 Mar 2018 - 10:51 par olivier

» PARIS 11e en 1989
Sam 17 Mar 2018 - 14:08 par Adelblansec

» Tout est là !
Ven 16 Mar 2018 - 22:59 par tahar

» C'était un métier de poètes et de rêveurs
Ven 16 Mar 2018 - 22:57 par tahar

» Bulletin de situation pour les retraités
Mer 14 Mar 2018 - 12:21 par beau gosse

» les facteurs fortement mobilisés dans le Calvados et la Gironde
Mar 13 Mar 2018 - 8:46 par olivier

» Contrôle médical
Dim 11 Mar 2018 - 21:29 par Adelblansec

» Mais, quand seras-tu un "véritable postier" ?
Dim 11 Mar 2018 - 20:25 par Adelblansec

» Demande immersion
Dim 11 Mar 2018 - 13:11 par Serenita

» Définition
Dim 11 Mar 2018 - 12:46 par tahar

» Que sont devenus mes congés
Ven 9 Mar 2018 - 9:46 par Chorin sylvie

» à La Réunion, les syndicats s’unissent contre les mauvaises conditions de travail
Mer 7 Mar 2018 - 20:29 par olivier

» Recherche collection la poste / PTT
Mar 6 Mar 2018 - 18:47 par SB64

» A-t-on encore besoin de la Poste ?
Mar 6 Mar 2018 - 8:19 par Fab1411

» Obsolescence programmée
Dim 4 Mar 2018 - 18:23 par tahar

» Fermer son assurance vie, pourquoi ?
Dim 4 Mar 2018 - 12:48 par patry

» Bénin: les responsables syndicaux appellent à la radicalisation des luttes
Dim 4 Mar 2018 - 12:24 par olivier

» Éragny-sur-Oise : Les agents de La Poste en grève
Dim 4 Mar 2018 - 12:15 par olivier

» Débat ou pas débat !!!
Ven 2 Mar 2018 - 22:46 par kiki01

» Question MG (prévoyance) et TPAS.
Jeu 1 Mar 2018 - 9:47 par Jacques

» Un peu de poésie dans ce monde de brutes !
Jeu 1 Mar 2018 - 6:47 par arnaclaposte

» Une pétition pour des monuments aux morts du travail
Mer 28 Fév 2018 - 19:56 par agapée63

» Bonjour
Mer 28 Fév 2018 - 16:33 par roger15

» Pardon mes vieux !!!
Mar 27 Fév 2018 - 19:29 par SVPat

» Ma petite idée
Mar 27 Fév 2018 - 18:59 par josephe

» grève des facteurs de Montigny le Bretonneux (78) !
Lun 26 Fév 2018 - 20:15 par albaride

» interdiction des téléphones portables à la PFC Gennevilliers : AG et débrayages en vue !
Lun 26 Fév 2018 - 10:12 par facteur +

» grève des facteurs d'Avignon et de Montfavet !
Sam 24 Fév 2018 - 13:24 par olivier

» recherche anciens collègues ayant travaillé au centre de tri PLM gare de Lyon entre années 1979 et 1991
Ven 23 Fév 2018 - 21:19 par jack

»  Les Post' Hier , les retraites d'aujourd'hui
Jeu 22 Fév 2018 - 18:27 par jeanpaul31

» Marseille : pétition unitaire contre les fermetures de bureaux et les réorgs
Jeu 22 Fév 2018 - 11:02 par olivier

» les facteurs de Haubourdin et Loos (Nord) en grève !
Mer 21 Fév 2018 - 11:21 par Invité

» La Poste et les plateaux-repas
Mar 20 Fév 2018 - 18:51 par Jean Legrillon

» Bonjour !!!
Mar 20 Fév 2018 - 6:54 par Lavande

» grève des facteurs de Vierzon vendredi 16 février
Dim 18 Fév 2018 - 12:13 par Invité

» La Poste menacée d’un renvoi devant le tribunal correctionnel
Sam 17 Fév 2018 - 9:50 par olivier

» haute loire
Mar 13 Fév 2018 - 17:31 par poif1

» les facteurs de Dinan en grève lundi 12 février !
Mar 13 Fév 2018 - 12:21 par olivier

» VIOL
Lun 12 Fév 2018 - 22:00 par josephe

» SUCIDE
Lun 12 Fév 2018 - 21:57 par josephe

» grève des facteurs de Barbazan Debat soutenue par le secrétaire confédéral de la CGT
Lun 12 Fév 2018 - 12:39 par olivier

» Grève des facteurs de Réquista (Aveyron) !
Dim 11 Fév 2018 - 14:27 par M2

» réorg reportée à la distri de Caen !
Dim 11 Fév 2018 - 12:10 par olivier

» appel à la grève sur les bureaux de 10 communes dans l'Isère !
Dim 11 Fév 2018 - 10:01 par olivier

» photo d'un bus PK pour le transport des facteurs
Sam 10 Fév 2018 - 17:31 par François84


Partagez | 
 

 Quand les Sciences Po rencontrent le salariat !

Aller en bas 
AuteurMessage
paillenqueue

avatar

Féminin Nombre de messages : 3652
Localisation : yvelines
Emploi/loisirs : danses populaires latines
Humeur : rebelle engagée
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Quand les Sciences Po rencontrent le salariat !   Sam 26 Jan 2013 - 19:41

La convergence des luttes contre les licenciements" tel est le thème d’une réunion publique organisée par la CGT, Sanofi CRVA et Sud étudiants avec le soutien du Front de gauche et du NPA, à Sciences-Po (27 rue Saint Guillaume) le jeudi 24 janvier à 19 heures. Loin d’être le lieu de rencontre habituel de la pensée discordante, l’amphithéâtre Emile Boutmy, du nom du fondateur de l’école, accueillera durant deux heures les syndicalistes qui combattent quotidiennement l’avidité des actionnaires pour défendre les salariés. C’est ainsi que se succéderont à la tribune les syndicalistes de SUD et de la CGT afin de populariser les ressorts, les enjeux et les avancées des dossiers qui les touchent. Sanofi, Arcelor, Virgin, Presstalis, Renault, Peugeot, Continental, Licencielles, Air France, la Banque de France et bien d’autres encore.
Cette rencontre a fait l’objet de nombreux communiqués de presse pour mobiliser l’opinion afin de participer à la médiatisation des conflits sociaux. Loin de l’anecdote Depardieu qui a mis en émoi les classes bourgeoises du monde entier, les forces politiques de la Gauche sociale promeuvent et soutiennent cette initiative.

C’est afin de reconquérir l’hégémonie culturelle, préserver nos
emplois et relancer l’industrie nationale que le Front de Gauche vous convie à assister, soutenir et faire connaître ce meeting. L’unité est un enjeu fondamental : la convergence des forces en mouvement permettront les victoires de demain. Cette réunion publique participe au rassemblement voulu par toutes les forces de l’autre gauche.



Davy Rodriguez
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Aujourd’hui ensemble, à la tribune, le 29 on continue ?
Amphi comble à Sciences Po pour le meeting contre les licenciements et pour la convergence des luttes






Guillaume Loïc




[Difficile de reconnaître Sciences Po, cette « vénérable institution » qui forme les futurs cadres de la bourgeoisie,jeudi soir. L’Amphi Boutmy, qui porte le nom de l’anti-communard et
fondateur de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, a plus l’habitude de recevoir chefs d’Etat et grands patrons. Jeudi, à 19h, c’était bien différent. A la tribune du principal amphithéâtre de la grande école parisienne allaient bientôt se succéder les représentants des principales luttes et bagarres qui font l’actualité, aujourd’hui :
Sanofi, Air France, Virgin, Presstalis, PSA, Renault, Goodyear et
Licenci’elles [1].



[b]500 personnes remontées à bloc



[/b]


Devant eux, 500 personnes : de nombreux travailleurs-e-s des différentes équipes syndicales venues en délégation, notamment de la CGT et de Sud ; des militant-e-s, badgés aux couleurs du Front de Gauche et du NPA, tous deux soutien de ce meeting ; des étudiant-e-s, de Sciences Po mais venus également d’autres facs parisiennes, interpelés par les syndicalistes des différentes boites en lutte, soulignant, à l’image de Laurence, de Sud-Chimie Toulouse, salariée chez Sanofi, combien demain, sur le marché du travail, eux aussi auront à se battre ; mais des étudiant-e-s aussi et surtout solidaires de ces luttes comme pouvaient en témoigner les applaudissements nourris à la fin de chaque intervention, les slogans lancés par la salle et les caisses passant d’une file à l’autre et se garnissant au fur et à mesure d’argent destiné à alimenter le fond de grève des travailleurs de PSA Aulnay, lock-outés par le patronat depuis vendredi 18.





[b]Appétit patronal et résistances ouvrières



[/b]


L’ensemble des représentants syndicaux ont souligné àla tribune combien leur lutte n’était en aucune manière un cas à part.
Partout, c’est l’appétit patronal qui se manifeste, dans des boites qui souvent engrangent des profits comme l’ont souligné Léon de Sud aérien ou David pour la CGT Air France. A chaque fois cependant, ce sont les travailleur-se-s qui sont la variable d’ajustement. Partout ce sont les mêmes chiffres qui sont égrenés : plus de 11.000 suppressions chez PSA, comme l’a souligné Philippe, de la CGT Aulnay, plus de 8.000 chez Renault, comme l’ont dénoncé les camarades venus des technicentres de Guyancourt ou du Lardy : autant de familles condamnées, quatre fois plus d’emplois induits qui sont visés.


Mais face à la logique du rouleau-compresseur capitaliste, les travailleurs sont bien décidés à ne pas se laisser faire. A chaque fois, les camarades à la tribune ont relayé les initiatives auxquelles ont participé les salariés des différents groupes qui sont l’objet d’attaques. Chez Virgin, ce sont plusieurs rassemblements qui ont eu lieu.
Chez Presstalis, l’action des travailleurs contre le plan de suppressions est à chaque fois très suivi, entrainant la suspension de la distribution de la presse.
Dans l’automobile, les camarades de PSA ont notamment raconté comment leur combat s’est développé depuis 2011 contre les mauvais coups de Varin, le PDG, qui vient de décider de lock-outer les travailleurs d’Aulnay, de peur que la grève commencée il y a dix jours contre la fermeture annoncée du site de Seine-Saint-Denis ne s’étende.





[b]Le lien entre les bagarres de 2008-2010 et les luttes actuelles : non aux fermetures et aux licenciements !



[/b]


Pour faire la jonction entre les bagarres actuelles et celles de la vague de luttes contre les licenciements de 2008-2010, c’est Manu Georget, de la CGT Philips-Dreux, qui est monté à la tribune.
Ça a été l’occasion de rappeler combien la question du maintien de l’emploi est essentielle pour les travailleurs, plus encore dans les régions sinistrées par le chômage et les fermetures d’entreprise.


La question, comme l’ont souligné les travailleurs de
Virgin ou de Sanofi notamment, ce n’est pas de défendre des
indemnisations en échange de la fermeture des sites ni même une soi-disant industrie nationale contre les délocalisations. L’emploi, c’est ce que les travailleurs ont de plus précieux pour se défendre. C’est de cela que découle la possibilité de se battre, collectivement, contre les mauvais coups du patronat et les politiques d’un gouvernement que l’ensemble des intervenants ne se sont pas privés de brocarder, soulignant combien il n’y avait rien à attendre de Hollande ni aucun de ses ministres.


Pour ce qui est de la « l’industrie hexagonale », dans le cas de Philips Dreux, la production de téléviseurs est partie en
Hongrie, où les ouvriers travaillent pour un peu plus de 400 euros par mois. Mais comme l’a souligné Manu, sous les applaudissements, « le travailleur hongrois est mon frère de classe, alors que le patron français qui nous exploite ici est le même qui envahit et pille des paysplus pauvres comme on peut le voir actuellement avec l’intervention impérialiste au Mali ». Ce n’est pas un hasard, là aussi, si le meeting s’est achevé sur une « Internationale » reprise en chœur par la salle, comme cela ne se faisait plus depuis plusieurs années dans un meeting ouvriers-étudiants …





[b]Unification et coordination des bagarres, une nécessité…



[/b]


D’où la question de l’unification des luttes. Déjà dans l’automobile, les travailleurs d’Aulnay se sont joints à ceux de Flins qui protestaient mercredi contre les plans de réduction d’effectifs de Carlos Ghosn. Mais briser l’isolement, étendre le plus possible les résistances, c’est une question essentielle. C’est sans doute ce qui a fait cruellement défaut en 2008-2010, malgré quelques tentatives d’unification, et alors que la combativité ne manquait pas.
Il suffit de penser à la lutte des Molex ou des Conti par exemple.


C’est bien pour cela que les étudiants et les militants ont tous répondu « présents ! » lorsque les différents orateurs qui se sont succédés à la tribune ont appelé à la mobilisation le 29 janvier, mardi prochain, devant le ministère du Travail d’abord, puis en direction de l’Assemblée Nationale, organisé par de nombreuses boites qui seront-là pour dire que « les licenciements, c’est non ! »





[b]…. plus encore après l’annonce de la direction de Goodyear !



[/b]


Alors que l’annonce de la fermeture du site Goodyear d’Amiens vient de tomber, assombrissant un peu plus le panorama social,la question d’une coordination des luttes actuelles et des résistances contre les mauvais coups des patrons et du gouvernement (car dans le public aussi, la situation est loin d’être brillante) est plus que jamais à l’ordre du jour.


Comme l’a souligné de son côté Mickaël Wamen, pour la
CGT du site de production de pneus d’Amiens, il existe un débat qui traverse l’ensemble des secteurs en lutte aujourd’hui : il s’agit de la question des mots d’ordre à avancer contre les menaces de licenciements et de fermeture. Il ne s’agit en aucun cas d’un préalable à l’unité des boites qui se battent, mais ce débat, notamment celles et ceux qui refuse tout net la perspective des licenciements et mettent en avant le maintien de l’emploi, pourrait redonner le moral et des perspectives à des dizaines de sites où les patrons entendent avancer en termes de flexibilité, de précarisation, de départs « volontaires » ou de licenciements, comme si c’était une fatalité. Ce serait un moyen aussi pour montrer, dans les faits, combien le monde du travail, en tant que sujet hégémonique, est capable de donner des perspectives à toutes celles et tous ceux qui ne disposent même pas d’un CDI et sont jetés comme des kleenex à la fin de leur contrat ou de leur mission ; mais aussi donner des perspectives à ces milliers de jeunes de toutes les banlieues de l’Hexagone, comme celles et ceux d’Amiens-Nord l’été dernier d’ailleurs, qui font entendre leur voix contre ce système fondé sur l’exploitation, l’oppression et le racisme institutionnalisé, mais sont dans l’incapacité de pouvoir mener leur combat jusqu’au bout, par absence d’alternative de classe.


Alors oui, l’annonce de la fermeture du site d’Amiens par Goodyear, où travaillent plus de 1.200 ouvriers qui mènent depuis prés de six ans une lutte de résistance et de préparation déterminée contre les manœuvres de leur direction, pourrait se transformer en une « véritable bombe sociale » pour le gouvernement, comme le titre la presse aujourd’hui. C’est le mieux qu’on puisse souhaiter.





[b]Le rendez-vous est pris pour le 29 janvier, devant le ministère du Travail !



[/b]


Si les étudiants ont tout leur rôle à jouer dans ce mouvement, les boites en lutte ont une responsabilité toute particulière pour relever le défi, à un moment où les confédérations préfèrent partager la même table de négociations des contre-réformes avec le patronat, voire même signer aux côtés du Medef les pires reculs, à l’image des accords de « sécurisation de l’emploi ».


« Au fond, à gauche » : c’est-là où avait lieu le meeting ce jeudi. Par en bas, sur la gauche, c’est comme cela aussi que va se construire la contre-offensive : en front unique, avec différents sigles syndicaux et politiques, ouvriers et étudiants, côte à côté. A nous maintenant de montrer que l’initiative du 24 peut se pérenniser et s’étendre et que la convergence et la coordination peut réellement voir le jour. Rendez-vous mardi à 14h, devant le ministère du Travail, pour donner une première suite au succès du meeting de jeudi !


25/01/13
[/size]


[size=7][1]
Le temps à même manqué pour que ne prennent la parole les camarades
postiers du 92 et du 78,
les représentants du personnel de l’ENS-Paris,
les sans-papiers de la Coordination 75, les camarades de la CGT-EDF.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Mardi 29 Janvier 2013 - 14h00 à 16h00

Assemblée nationale vers Ministère du Travail

(Paris) Manifestation des salariés des entreprises en luttes Mardi 29 Janvier 2013.
Revenir en haut Aller en bas
arnaclaposte

avatar

Masculin Nombre de messages : 1982
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: Quand les Sciences Po rencontrent le salariat !   Dim 27 Jan 2013 - 11:25



Il faut aussi à tout prix que les chômeurs prennent part à ces luttes , car ils sont la partie la plus visible des casses opérées par les gros gourmands capitalistes.
Revenir en haut Aller en bas
paillenqueue

avatar

Féminin Nombre de messages : 3652
Localisation : yvelines
Emploi/loisirs : danses populaires latines
Humeur : rebelle engagée
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Quand les Sciences Po rencontrent le salariat !   Dim 27 Jan 2013 - 11:33

arnaclaposte a écrit:


Il faut aussi à tout prix que les chômeurs prennent part à ces luttes , car ils sont la partie la plus visible des casses opérées par les gros gourmands capitalistes.
Tu n'as pas tord sur ce point arnaclaposte, puisque ce soir là, le syndicat des sans-papiers du 75 était présent à nos côtés.
Cela nous a fait chaud au coeur.
Certes les postiers n'étaient pas nombreux mais le fait d'être présent au sein de ce bastion impliqué dans les procédures de licenciement et restructurations sur le plan économique et politique (formation) nous anime à acter nos voix par ce premier acte, qu'est ce meeting unitaire de convergence.

Le deuxième acte sera ce Mardi 29 Janvier 2013.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand les Sciences Po rencontrent le salariat !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand les Sciences Po rencontrent le salariat !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Travailler en libéral quand on est en arrêt en salariat.
» Quand l'éducation "alternative" isole...
» Quand mon retour provoque l'apocalypse...
» Quand l'UE nous impose les OGM et les farines animales...
» Quand un instit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS EN LUTTE :: Luttes et grèves en cours et à venir-
Sauter vers:  
Liens syndicalisés
Liste des sites internet qui ont syndicalisé le Forum des Postiers CGT Villeurbanne PPDC / SUD Postaux Paris / SUD PTT 31 / CNT PTT / SUD PTT 44 / UNSA Postes paris / SUD PTT 69 / SUD PTT 36-37 / CGT FAPT 74 / CGT FAPT PIC Lesquin / SUD PTT Manche /FO Poste 38 / FO com Poste 06 / CGT PFC Moissy / CGT FAPT PIC Val de Loire / CGT FAPT 83 / CNT Martigues CC-T1 / SUD PTT Pays d'Auge / / ANR 55 / Etincelle Poste Paris / Postiers du calvados / Tribune de Nice Thiers PPDC / / Si nous avons oublié un site, contactez-nous !