Un droit du travail rigide n’est pas corrélé à un chômage élevé