Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Musique : Ça écoute quoi un postier ?
Hier à 8:11 par betelgeuse

» recap des grèves à la poste
Ven 14 Déc 2018 - 19:59 par olivier

» ça écoute quoi un postier?
Mer 12 Déc 2018 - 14:56 par Lavande

» Le 8 décembre dans la rue, le 10 dans les services !
Mar 11 Déc 2018 - 17:10 par camille

» Gaël Quirante : rassemblement de soutien mercredi 12 décembre à Versailles
Lun 10 Déc 2018 - 10:14 par olivier

» FO 59 = une combativité à toute épreuve !
Lun 10 Déc 2018 - 8:00 par facteur +

» TRANSFORMERS...
Sam 8 Déc 2018 - 11:51 par Henry Walton JONES

» Bonjour
Mar 4 Déc 2018 - 13:20 par Piétonne

» Bonjour à tous
Sam 1 Déc 2018 - 12:23 par diverticulite

» taux immo
Jeu 29 Nov 2018 - 11:38 par youyou

» ancienneté pendant le congé parental
Mar 27 Nov 2018 - 17:01 par Rage_against-Laposte

» le montant d'une pension
Jeu 22 Nov 2018 - 13:32 par Lavande

» Recherche anciens collègues Paris 6 ( Paquets )
Mar 20 Nov 2018 - 21:27 par anita poupineau

» demande de retraite
Dim 18 Nov 2018 - 16:40 par jeanpaul31

» Le burn out en discussion
Sam 17 Nov 2018 - 5:12 par betelgeuse

» Appel à la grève conjoint 92 - 93 contre la méridienne et la PNA !
Jeu 15 Nov 2018 - 13:05 par olivier

» Grève des facteurs de Chalon sur Saône le 12 novembre
Mar 13 Nov 2018 - 8:36 par olivier

» Un peu de poésie dans ce monde de brutes !
Lun 12 Nov 2018 - 12:58 par betelgeuse

» Quand la fédération SUD se rend ridicule
Mer 31 Oct 2018 - 10:10 par FireWalker

» Hauts-de-Seine : après un mois de grève, le conflit se durcit à la Poste
Dim 28 Oct 2018 - 16:39 par Invité

» appel pour une AG de postier-e-s en Ile de France
Mar 23 Oct 2018 - 16:21 par Invité

» Bonjour tout le monde
Mar 23 Oct 2018 - 10:45 par olivier

» Recherche Collègues Paris XV jusqu'en 2003
Sam 20 Oct 2018 - 13:41 par mathy13

» Que lisez vous en ce moment ?
Sam 20 Oct 2018 - 5:23 par betelgeuse

» Rien ne va plus à la Chapelle (Paris)
Mar 16 Oct 2018 - 16:29 par ovide

» Le calendrier grégorien
Mer 10 Oct 2018 - 20:01 par roger15

» abandon
Mar 9 Oct 2018 - 23:53 par tahar

» Gilets jaune
Mar 9 Oct 2018 - 14:46 par tontonmiky62

» facteur 2018
Lun 8 Oct 2018 - 18:31 par komoykaye

» Lundi 8 Octobre
Lun 8 Oct 2018 - 3:11 par betelgeuse

» Portail malin
Sam 6 Oct 2018 - 20:55 par marie49

» Le pouvoir d'achat des "inactifs"
Ven 5 Oct 2018 - 6:27 par betelgeuse

» grève à CHALON LAPIERRE le 3 octobre
Mar 2 Oct 2018 - 20:43 par petitbaba

» Habillement
Mer 26 Sep 2018 - 18:17 par poif1

» 26 mars - 26 septembre: 6 mois de grève dans les Hauts de Seine
Mer 26 Sep 2018 - 17:40 par riboul

» ça chauffe à la poste du Sénégal
Mer 26 Sep 2018 - 17:34 par riboul

» presentation
Mar 25 Sep 2018 - 17:22 par kewels974

» Affiche
Dim 23 Sep 2018 - 0:16 par tahar

» salute
Jeu 20 Sep 2018 - 15:10 par beau gosse

» Bonjour
Sam 15 Sep 2018 - 18:15 par SVPat

» Recherche année 1961
Sam 15 Sep 2018 - 12:37 par Marriuccia12

» les hauts cadres de la poste sont ils "surprotégés"?
Lun 10 Sep 2018 - 19:13 par camille

» Limours : les facteurs en grève depuis un mois
Ven 7 Sep 2018 - 16:01 par riboul

» Grève de la faim d'un facteur
Jeu 6 Sep 2018 - 17:27 par ovide

» parution officielle
Mar 4 Sep 2018 - 23:50 par tahar

» Pastiche
Mar 4 Sep 2018 - 12:45 par tahar

» Histoire du calendrier ou almanach du facteur
Dim 2 Sep 2018 - 8:47 par Lavande

» Inspiré par vous
Sam 1 Sep 2018 - 18:19 par tahar

» Panoramix
Ven 31 Aoû 2018 - 16:48 par josephe

» Si même les briques s'y mettent..
Ven 31 Aoû 2018 - 0:42 par tahar

» Rendez à César ...
Ven 31 Aoû 2018 - 0:11 par tahar

» Tagada
Jeu 30 Aoû 2018 - 8:10 par Lavande

» La poste belge veut arrêter de distribuer le courrier tous les jours
Jeu 30 Aoû 2018 - 7:12 par ovide

» Bonjour
Jeu 30 Aoû 2018 - 5:53 par mozer1383

» Cosne et Saint-Amand : préavis de grève illimitée à partir de mercredi 22 août
Jeu 23 Aoû 2018 - 12:58 par riboul

» Rentrée littéraire aux éditions Assyelle.
Jeu 23 Aoû 2018 - 10:19 par tahar

» Poste suisse: la confiance des collaborateurs dans l'entreprise s'est détériorée
Mer 22 Aoû 2018 - 17:00 par riboul

» recherche collègue Paris 8 la Boetie (1981 - 1982)
Mer 15 Aoû 2018 - 19:11 par lapin7

» postiers a boulogne billancourt de 1989 à 1998
Lun 13 Aoû 2018 - 21:04 par manuropars

» Essonne : préavis de grève illimitée sur 6 sites de la Poste
Lun 13 Aoû 2018 - 17:24 par riboul

» Un monde en colère
Sam 11 Aoû 2018 - 23:32 par josephe

» Suisse : Postfinance confirme les 500 licenciements
Ven 10 Aoû 2018 - 13:05 par ovide

» La Poste brûle sous l'effet de la canicule!
Jeu 9 Aoû 2018 - 6:37 par betelgeuse

» Grève de la distribution à La Poste de Muret
Mar 7 Aoû 2018 - 16:44 par riboul

» Mon hommage à Vincent ...
Lun 6 Aoû 2018 - 21:40 par agapée63

» Un de mes amis vient de m'envoyer une photo prise il y a 4 heures, ce vendredi 03 août 2018, devant la poste de Biarritz.
Ven 3 Aoû 2018 - 17:56 par tahar

» St-Denis La Réunion: La poste en grève reconductible
Dim 29 Juil 2018 - 10:06 par bougna

» Recherche collègues de St Tropez entre 1984-1992
Ven 27 Juil 2018 - 19:23 par SPILETTI

» photo d'un bus PK pour le transport des facteurs
Ven 27 Juil 2018 - 19:19 par SPILETTI

» Présentation "Spiletti"
Ven 27 Juil 2018 - 18:44 par SPILETTI

» Bribes d'histoire postale : Paris RP
Ven 27 Juil 2018 - 12:01 par SPILETTI

» Que deviens Paris Louvre ?
Ven 27 Juil 2018 - 11:57 par SPILETTI

» photo non datée d'un facteur au Louvre
Ven 27 Juil 2018 - 11:30 par SPILETTI

» Grève facteurs Rennes Crimée
Mer 25 Juil 2018 - 19:06 par riboul

» Méfiez-vous du côté obscur !
Lun 23 Juil 2018 - 17:42 par tahar

» Boites aux lettres décorées
Dim 22 Juil 2018 - 22:34 par pepito

» Alpes de Haute-Provence : préavis de grève à La Poste
Mer 18 Juil 2018 - 19:38 par riboul

» la poste suisse invente le guichet à domicile
Lun 16 Juil 2018 - 20:31 par jeanpaul31

» A lyon, les canuts insoumis se mobilisent
Dim 15 Juil 2018 - 15:50 par riboul

» ancien de trappes CTA
Sam 14 Juil 2018 - 1:40 par gilles.ramelet@gmail.com

» Le silence ou L'action
Ven 13 Juil 2018 - 17:31 par road runner

» canicule + épuisement lié à la mise en place d'une réorg : les facteurs de Marseille 4 / 14 utilisent leur droit de retrait
Mar 10 Juil 2018 - 5:54 par nine

» Qui ose parler de charité
Dim 8 Juil 2018 - 23:13 par josephe

» Recherche collegues des "chéques postaux" de Paris années 77 à 79
Dim 8 Juil 2018 - 15:09 par pocari

» avis de recherche ,souvenirs postiers
Dim 8 Juil 2018 - 15:02 par pocari

» S'incliner ou se révolter
Dim 8 Juil 2018 - 13:44 par riboul

» Une nouvelle de plus :D
Mer 4 Juil 2018 - 14:44 par Andrea31

» preavis de greve national de sud en pic
Mar 3 Juil 2018 - 18:23 par Lavande

» prendre la parole, un enjeu de pouvoir !
Lun 2 Juil 2018 - 19:55 par riboul

» Lutte gagnante à Changé (sarthe)
Dim 1 Juil 2018 - 0:32 par Firebac

» grève des facteurs de Vic Fezensac (Gers)
Sam 30 Juin 2018 - 11:06 par olivier

» Arrêt Omont
Ven 29 Juin 2018 - 22:24 par olivier

» fais-moi signe
Jeu 28 Juin 2018 - 22:27 par tahar

» Une analyse critique du mouvement social du printemps 2018 et sa défense du "service public"
Jeu 28 Juin 2018 - 17:19 par Invité

» les facteurs d'Epinal en grève
Jeu 28 Juin 2018 - 10:17 par olivier


Partagez | 
 

 Facteurs d'hier et d'aujourd'hui

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Facteurs d'hier et d'aujourd'hui   Mer 16 Juin 2010 - 7:33








Revenir en haut Aller en bas
BETSY
Invité
avatar


MessageSujet: Facteur de demain   Mer 16 Juin 2010 - 8:34

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Facteurs d'hier et d'aujourd'hui   Dim 4 Mar 2012 - 12:49

Dans un livre sur les métiers d'autrefois (imprimé en 1988), il est écrit sur le métier de facteur :

"Le facteur

Si aujourd'hui, le facteur est devenu anonyme, par nécessité et rigidité de service, il était il y a peu, extrêmement populaire. Son passage dans les fermes et les écarts était toujours attendu et il n'était pas rare qu'on lui fît une place à la table de midi. Il avait même, dit-on, parfois la malice de dérégler le déroulement de sa tournée pour faire coïncider son passage avec l'heure du repas le jour du battage ou du sacrifice du cochon. On le retenait de bonne grâce, assuré qu'il aurait le temps de communiquer toutes les dernières nouvelles de la région. Dans certaines contrées, lorsqu'un décès survenait, il était parfois requis pour "dire" et transmettre la nouvelle. C'était lui, également, qui dépannait la personne âgée et isolée en la pourvoyant de denrées de première nécessité.
Nombreux furent ceux qui, durant leurs longues courses à travers la campagne, parcoururent à leur insu, deux à trois fois le tour de la terre."

study
Revenir en haut Aller en bas
TETENOIRE



Masculin Nombre de messages : 3
Age : 71
Localisation : ROANNE LOIRE
Emploi/loisirs : RETRAITE LA POSTE (DISTRIBUTION)
Humeur : SOUVENT JOYEUSE
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: LA POSTE AUX COMMISSIONS   Mer 7 Mar 2012 - 16:58


LA POSTE AU COMMISSIONS DE 1848
Dite « Poste à cinq sous »
Après la proclamation de la II° République en 1848 un souffle de liberté balaya la France et on vit se fonder un peu partout des journaux républicains et des associations démocratiques.
Tout le monde sait que les postes n’échappèrent pas à ce zèle qui suit d’ordinaire toutes les révolutions. Les postiers réclamèrent, comme les autres fonctionnaires des augmentations et formèrent des syndicats. Ils eurent même leur journal le « Moniteur des Postes » dont l’unique numéro célèbre les vertus des « esclaves d’hier », maintenant citoyens à part entière…
Une tentative de service privé vit le jour dans l’euphorie générale et ne semble pas avoir duré bien longtemps : il s’agit de la « Poste au commissions. »
Donc en cette année 1848, par acte devant Maitre Bayard, notaire, 22, place du Louvre à Paris, était fondé une « Société de travailleurs organisés » dont le siège social était au 6 de la rue Neuve-Saint-Augustin.
Le capital de 100 000 francs en 4000 actions de 25 francs ne semble pas avoir été entièrement versé. Le fond de réserve déposé au départ à la Caisse des dépôts et Consignations fut cependant de 25 000 francs. Le but de la Société était de permettre à tout Parisien, commerçant ou particulier d’envoyer un objet quelconque à n’importe quel autre Parisien en quelques heures et de recevoir éventuellement une réponse. De plus les cartes de visites pouvaient elles aussi être apportées ainsi que les imprimés.
Une organisation fut mise en place : Paris était quadrillé en 30 quartiers. Dans chaque quartier plusieurs « relais hommes » étaient établis, de telle sorte que la distance entre chacun ne dépassa pas 200 mètres ! Ainsi « Chaque habitant en trouvera un à 50 mètres de chez lui en moyenne, c’est-à-dire les uns à 100 mètres au plus, les autres dans leur maison même »
Chaque quartier avait droit à un Inspecteur qui avait « pour mission d’ouvrir des relations avec la population toute entière, de veiller à l’excellente exécution du service, d’entretenir la clientèle dans un état constant de satisfaction ».
Les relais sont numérotés de 1 à 585 mais des numéros sont laissés vacants pour des extensions éventuelles. En plus des « stationnaires centraux » et des « stationnaires répétiteurs » il n’y avait pas moins de 324 courriers qui remettaient n’importe où la « commission » en moins de deux heures.

Tout ce monde était rémunéré par un partage communautaire des recettes. Pour être inspecteur il fallait avoir cependant acheté 20 actions. Une option de salaire sous forme d’action et non d’espèces était prévue pour les camarades peu fortunés mais riches d’espoir.
Le tarif était de 25 centimes par envoi, soit 5 sous, et 30 avec réponse. Il faut noter la vente de cachet à 20 francs le cent qui permettaient aux gros clients de ne payer que 20 centimes. Il y avait là un véritable billet de port payé précédant le timbre-poste de quelques mois ! On ne connaît pas le tarif des cartes de visite. Les clients avaient droit à un récépissé et la Société garantissait en même temps une indemnité en cas de perte et la protection de tout envoi par une toile cirée en cas de pluie. Le service a commencé en octobre 1848.
Hélas notre poste à cinq sous ne semble pas avoir bien fonctionné. Dans un « ordre du jour » du 7 janvier 1847 signé de Ph. Maneiry on peut lire bien des déboires « Travailleurs, le service ne se fait pas régulièrement, la distribution laisse beaucoup à désirer, les réponses mettent trois fois trop de temps ou manquent tout à fait, les objets s’égarent, on ne tient pas compte des ordres du jour, chacun veut faire le service à sa manière…au lieu de s’unir étroitement dans une pensée commune pour le bien de l’entreprise, comme nous l’avons tant de fois recommandé, chacun déblatère sur son coassocié, rejette les fautes sur les autres et c’est à qui de tous les sociétaires, qui jettera des bâtons dans les rouages de cette affaire pourtant si belle, si sure, et qui ne demande pour progresser qu’un peu de bon sens ».
Le pauvre gérant explique plus loin qu’il est « en buttes aux accusations les plus absurdes », « jusqu’ici quelques amertume qu’il ait pu rencontrer dans l’accomplissement de sa tache, il a tout supporté en vue du succès de l’entreprise…Mais aujourd’hui que les mauvaises passions de quelques travailleurs les ont poussés à répandre des calomnies sur sa personne et son caractère, il prévient qu’il va saisir les tribunaux. » Il ajoute cependant qu’il y a de bons travailleurs qui suivent une voie « honnête et droite ».
Il espère rentrer dans une phase plus brillante et fait un bilan désabusé. Au cours de la semaine écoulée, il y a eu 6787 commissions à prix divers qui ont rapporté 1733,60 francs, lesquels partagés entre les seuls courriers donneraient 5,35 francs à chacun. Il faut prélever sur les recettes des cartes de visite du nouvel an pour porter leur salaire à 6 francs seulement. Ce prélèvement laissera tout juste asse pour donner un acompte de 50 centimes par jour aux inspecteurs qui n’ont rien touché depuis le début (Ils ont cependant versé 500 francs).
Les stationnaires, eux non plus n’ont rien touché encore. I leur faut faire une demande écrite pour réclamer leur part mais on les avertit qu’il n’y a que 604 franc à leur distribuer.
Après avoir recommandé à tous de bien remplir les imprimés de service blanc et jaune, de les barrer à l’encre lorsqu’ils sont utilisés, de porter en tout temps la casquette « même pour les distributions d’imprimés » le gérant termine par le rituel : « Salut et Fraternité ».

On peut douter que la « Poste à cinq sous » ait fonctionné encore bien longtemps. Il est probable que les « Travailleurs organisés » sont tombés dans l’oubli.

Revenir en haut Aller en bas
http://saintsymphoriendelay.kazeo.com/
bluesman

avatar

Masculin Nombre de messages : 293
Localisation : Pays de la Loire
Emploi/loisirs : +aucuns,physiquement et psychiquement USER!!!!!
Humeur : le blues et en rebellion..
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Facteurs d'hier et d'aujourd'hui   Mer 7 Mar 2012 - 17:04

superbe texte, mais ce n'est plus le cas!!!
nos anciens doivent se retourner dans leurs tombes en voyant ce que la poste est devenue..
Revenir en haut Aller en bas
TETENOIRE



Masculin Nombre de messages : 3
Age : 71
Localisation : ROANNE LOIRE
Emploi/loisirs : RETRAITE LA POSTE (DISTRIBUTION)
Humeur : SOUVENT JOYEUSE
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: LE DROIT SYNDICAL   Mer 28 Mar 2012 - 15:05

LA POSTE : A PROPOS DU DROIT SYNDICAL
La loi de 1884 sur le droit syndical est ainsi commentée par M. Millerand.
A une lettre de l’Association générale des Sous-agents (facteurs) en date du 23 juin 1905, demandant l’autorisation de constituer un syndicat, selon la loi de 1884 ; le ministre du Commerce dont dépendent les P.T.T. répond par cette note du 7 septembre 1905.
« D’un très minutieux examen de cette importante question, ressort nettement pour le gouvernement l’impossibilité de reconnaître semblable groupement comme légal.
Seuls peuvent se syndiquer les ouvriers des exploitations industrielles et les employés des services nettement commerciaux de l’Etat à l’exclusion de tous les fonctionnaires.
Or, si l’on veut attribuer la qualité d’exploitation commerciale à certaines opérations des Postes, Télégraphes et Téléphones, il est incontestable que la plupart des sous-agents sont chargés d’autre chose que d’un service commercial et doivent être considérés comme fonctionnaires. Ils ont d’ailleurs le bénéficie de cette situation puisqu’ils ont des retraites prévues pour les fonctionnaires par la loi de 1853.
La négative absolue constitue donc l’avis formel de l’administration… »
La note se termine ainsi :
« Au reste est pour conclure, il reste que la loi du 1 juillet 1901 a enlevé à la question toute importance ou, au moins, tout caractère de doute. En effet, antérieurement à la loi du 1 juillet 1901, les travailleurs de l’industrie privée, du commerce, de l’agriculture, avaient, seuls, un moyen libre de défense ».
Des capacités juridiques presque identiques découlent des deux lois de 1884 et de 1901, avec cette très légère modification que la possibilité de recevoir des dons et legs est subordonnée à certaines conditions dans la loi de 1901.

Si l’on avait admis que les sous-agents puissent se grouper suivant le régime de la loi de 1884, ils n’en demeuraient pas moins soumis aux articles 123 et 126 du Code Pénal réprimant les coalitions de fonctionnaires et, par conséquent, leur nouvelle formation syndicale ne leur conférerait aucun droit nouveau. Si une association est légale, le ministre ne peut l’interdire et si elle est illégale, il ne peut l’autoriser. C’est aux tribunaux seuls que le législateur a remis le soin d’apprécier cette légalité et il y a jurisprudence établie à cet égard.
C’est en définitive, à la jurisprudence très nette de la Cour de cassation qu’il faut se référer.
NAISSANCE DE DEUX SYNDICATS A LA POSTE

Le 31 décembre 1918 donc juste à la fin de la guerre, dans la liesse de la Victoire, une délégation des sous-agents (facteurs) est reçue officiellement par monsieur Clémentel.
Celui-ci fait connaître à la délégation que le gouvernement est enfin décidé à reconnaître le droit syndical aux fonctionnaires.
« A l’avenir, les représentations des syndicats seront reçus au même titre que les délégués des autres groupements ».
Le même jour « l’Association Générale des agents (commis) des P.T.T. se transforme en « Syndicat National des Agents des Postes, Télégraphes, Téléphones de France et des Colonies ».
Ce syndicat adhère comme celui des Sous-agents, à la C.G.T.
Le 14 avril 1919 se forme entre le syndicat des agents, le syndicat des Sous-Agents et celui des ouvriers :
LA FEDERATION NATIONALE DES P.T.T. DE FRANCE, DES COLONIES ET DES PAYS DE PROTECTORAT.
Fichiers joints
VOITURE FACTEUR RELEVEUR.jpg
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(48 Ko) Téléchargé 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://saintsymphoriendelay.kazeo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Facteurs d'hier et d'aujourd'hui   

Revenir en haut Aller en bas
 
Facteurs d'hier et d'aujourd'hui
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Facteurs d'hier et d'aujourd'hui
» Succès populaires italiens d'hier et d'aujourd'hui !!!
» Expo médecines d'hier et d'aujourd'hui à Eguzon
» Des fenêtres d'hier et d'aujourd'hui.
» Les églises d'hier et d'aujourd'hui dans Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS ET LOISIRS :: Avis de recherche & Souvenirs de Postier/PTT-
Sauter vers:  
Liens syndicalisés
Liste des sites internet qui ont syndicalisé le Forum des Postiers CGT Villeurbanne PPDC / SUD Postaux Paris / SUD PTT 31 / CNT PTT / SUD PTT 44 / UNSA Postes paris / SUD PTT 69 / SUD PTT 36-37 / CGT FAPT 74 / CGT FAPT PIC Lesquin / SUD PTT Manche /FO Poste 38 / FO com Poste 06 / CGT PFC Moissy / CGT FAPT PIC Val de Loire / CGT FAPT 83 / CNT Martigues CC-T1 / SUD PTT Pays d'Auge / / ANR 55 / Etincelle Poste Paris / Postiers du calvados / Tribune de Nice Thiers PPDC / / Si nous avons oublié un site, contactez-nous !