Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» L'Indre-et-Loire a perdu 600 potiers en 11 ans
Aujourd'hui à 14:46 par agapée63

» Un peu de poésie dans ce monde de brutes !
Aujourd'hui à 5:25 par betelgeuse

» Pas un seul cheveu blanc n'a poussé sur nos rêves
Hier à 18:35 par cafard

» recap des grèves à la poste
Hier à 18:27 par riboul

» Poste de technicien SI
Hier à 6:28 par LEO FERRE

» Musique : Ça écoute quoi un postier ?
Hier à 5:04 par betelgeuse

» salute
Jeu 20 Sep 2018 - 15:10 par beau gosse

» Hauts-de-Seine : après un mois de grève, le conflit se durcit à la Poste
Mar 18 Sep 2018 - 12:14 par ovide

» Bonjour
Sam 15 Sep 2018 - 18:15 par SVPat

» Recherche année 1961
Sam 15 Sep 2018 - 12:37 par Marriuccia12

» Le mardi 9 octobre 2018, tous dans la rue...
Ven 14 Sep 2018 - 5:09 par nine

» les hauts cadres de la poste sont ils "surprotégés"?
Lun 10 Sep 2018 - 19:13 par camille

» Limours : les facteurs en grève depuis un mois
Ven 7 Sep 2018 - 16:01 par riboul

» Grève de la faim d'un facteur
Jeu 6 Sep 2018 - 17:27 par ovide

» parution officielle
Mar 4 Sep 2018 - 23:50 par tahar

» Pastiche
Mar 4 Sep 2018 - 12:45 par tahar

» Email méprisant et humiliant
Lun 3 Sep 2018 - 7:50 par ovide

» Histoire du calendrier ou almanach du facteur
Dim 2 Sep 2018 - 8:47 par Lavande

» Inspiré par vous
Sam 1 Sep 2018 - 18:19 par tahar

» Panoramix
Ven 31 Aoû 2018 - 16:48 par josephe

» Si même les briques s'y mettent..
Ven 31 Aoû 2018 - 0:42 par tahar

» Rendez à César ...
Ven 31 Aoû 2018 - 0:11 par tahar

» Tagada
Jeu 30 Aoû 2018 - 8:10 par Lavande

» La poste belge veut arrêter de distribuer le courrier tous les jours
Jeu 30 Aoû 2018 - 7:12 par ovide

» Bonjour
Jeu 30 Aoû 2018 - 5:53 par mozer1383

» Cosne et Saint-Amand : préavis de grève illimitée à partir de mercredi 22 août
Jeu 23 Aoû 2018 - 12:58 par riboul

» Rentrée littéraire aux éditions Assyelle.
Jeu 23 Aoû 2018 - 10:19 par tahar

» Poste suisse: la confiance des collaborateurs dans l'entreprise s'est détériorée
Mer 22 Aoû 2018 - 17:00 par riboul

» il faut prendre l'argent là où il se trouve...
Ven 17 Aoû 2018 - 22:16 par ovide

» recherche collègue Paris 8 la Boetie (1981 - 1982)
Mer 15 Aoû 2018 - 19:11 par lapin7

» postiers a boulogne billancourt de 1989 à 1998
Lun 13 Aoû 2018 - 21:04 par manuropars

» Essonne : préavis de grève illimitée sur 6 sites de la Poste
Lun 13 Aoû 2018 - 17:24 par riboul

» L'enquête sur la mort d'un livreur de la Poste est toujours en cours
Lun 13 Aoû 2018 - 16:32 par M. X

» Un monde en colère
Sam 11 Aoû 2018 - 23:32 par josephe

» presentation
Sam 11 Aoû 2018 - 10:26 par Lavande

» Suisse : Postfinance confirme les 500 licenciements
Ven 10 Aoû 2018 - 13:05 par ovide

» La Poste brûle sous l'effet de la canicule!
Jeu 9 Aoû 2018 - 6:37 par betelgeuse

» Grève de la distribution à La Poste de Muret
Mar 7 Aoû 2018 - 16:44 par riboul

» Mon hommage à Vincent ...
Lun 6 Aoû 2018 - 21:40 par agapée63

» Tous avec Christophe
Ven 3 Aoû 2018 - 18:34 par ovide

» Un de mes amis vient de m'envoyer une photo prise il y a 4 heures, ce vendredi 03 août 2018, devant la poste de Biarritz.
Ven 3 Aoû 2018 - 17:56 par tahar

» Il me manque 13 jours pour bénéficier du TPAS avec pénibilité !
Mer 1 Aoû 2018 - 23:53 par Adelblansec

» ils se prennent pour qui ???
Lun 30 Juil 2018 - 17:26 par nine

» St-Denis La Réunion: La poste en grève reconductible
Dim 29 Juil 2018 - 10:06 par bougna

» Recherche collègues de St Tropez entre 1984-1992
Ven 27 Juil 2018 - 19:23 par SPILETTI

» photo d'un bus PK pour le transport des facteurs
Ven 27 Juil 2018 - 19:19 par SPILETTI

» Présentation "Spiletti"
Ven 27 Juil 2018 - 18:44 par SPILETTI

» Bribes d'histoire postale : Paris RP
Ven 27 Juil 2018 - 12:01 par SPILETTI

» Que deviens Paris Louvre ?
Ven 27 Juil 2018 - 11:57 par SPILETTI

» photo non datée d'un facteur au Louvre
Ven 27 Juil 2018 - 11:30 par SPILETTI

» La poste condamnée pour travail dissimulé
Jeu 26 Juil 2018 - 15:49 par riboul

» Grève facteurs Rennes Crimée
Mer 25 Juil 2018 - 19:06 par riboul

» Méfiez-vous du côté obscur !
Lun 23 Juil 2018 - 17:42 par tahar

» Boites aux lettres décorées
Dim 22 Juil 2018 - 22:34 par pepito

» Alpes de Haute-Provence : préavis de grève à La Poste
Mer 18 Juil 2018 - 19:38 par riboul

» Prime rouleur
Mer 18 Juil 2018 - 18:08 par casper

» Recherche Collègues Paris XV jusqu'en 2003
Lun 16 Juil 2018 - 20:49 par Bretécher Anne

» la poste suisse invente le guichet à domicile
Lun 16 Juil 2018 - 20:31 par jeanpaul31

» A lyon, les canuts insoumis se mobilisent
Dim 15 Juil 2018 - 15:50 par riboul

» ancien de trappes CTA
Sam 14 Juil 2018 - 1:40 par gilles.ramelet@gmail.com

» Le silence ou L'action
Ven 13 Juil 2018 - 17:31 par road runner

» canicule + épuisement lié à la mise en place d'une réorg : les facteurs de Marseille 4 / 14 utilisent leur droit de retrait
Mar 10 Juil 2018 - 5:54 par nine

» Qui ose parler de charité
Dim 8 Juil 2018 - 23:13 par josephe

» Recherche collegues des "chéques postaux" de Paris années 77 à 79
Dim 8 Juil 2018 - 15:09 par pocari

» avis de recherche ,souvenirs postiers
Dim 8 Juil 2018 - 15:02 par pocari

» S'incliner ou se révolter
Dim 8 Juil 2018 - 13:44 par riboul

» explication rente à 65%
Dim 8 Juil 2018 - 12:32 par nanou2423

» Une nouvelle de plus :D
Mer 4 Juil 2018 - 14:44 par Andrea31

» preavis de greve national de sud en pic
Mar 3 Juil 2018 - 18:23 par Lavande

» prendre la parole, un enjeu de pouvoir !
Lun 2 Juil 2018 - 19:55 par riboul

» demande de retraite
Lun 2 Juil 2018 - 17:50 par mrbean

» Interpellation raciste et violente d’un facteur place des Terreaux (Lyon)
Lun 2 Juil 2018 - 7:34 par olivier

» Lutte gagnante à Changé (sarthe)
Dim 1 Juil 2018 - 0:32 par Firebac

» grève des facteurs de Vic Fezensac (Gers)
Sam 30 Juin 2018 - 11:06 par olivier

» Arrêt Omont
Ven 29 Juin 2018 - 22:24 par olivier

» apres VSMP, VSMD...
Ven 29 Juin 2018 - 20:30 par cafard

» fais-moi signe
Jeu 28 Juin 2018 - 22:27 par tahar

» Face aux réorganisations, solidarité et autodéfense de classe!
Jeu 28 Juin 2018 - 21:04 par olivier

» Une analyse critique du mouvement social du printemps 2018 et sa défense du "service public"
Jeu 28 Juin 2018 - 17:19 par cafard

» les facteurs d'Epinal en grève
Jeu 28 Juin 2018 - 10:17 par olivier

» Qui est passé par les foyers de la Poste ?
Mer 27 Juin 2018 - 17:06 par REGINA

» Prêt la banque postale
Lun 25 Juin 2018 - 21:06 par youyou

» Lalevade-d'Ardèche : la grève se poursuit au centre de tri de La Poste
Lun 25 Juin 2018 - 20:39 par riboul

» Vic Fezensac: la brigade des traîtres logée à l'hotel
Lun 25 Juin 2018 - 20:35 par riboul

» séparation et fiche famille rh
Sam 23 Juin 2018 - 17:48 par ibra75

» Joué-lès-Tours. Grève au site de distribution de La Poste
Ven 22 Juin 2018 - 8:31 par olivier

» Grève des facteurs ce jeudi à Joué-les-Tours et Chambray-les-Tours
Jeu 21 Juin 2018 - 18:17 par riboul

» Sur les droits des femmes en 1894
Jeu 21 Juin 2018 - 12:31 par agapée63

» Olaa
Jeu 14 Juin 2018 - 5:45 par nine

» 100% des guichetiers de Firminy, Unieux et du Chambon-Feugerolles étaient en grève mardi
Mer 13 Juin 2018 - 20:12 par olivier

» grève nationale contre la pause méridienne le 11 juin !
Mar 12 Juin 2018 - 20:13 par M. X

» Présentation "bonjour"
Mar 12 Juin 2018 - 20:12 par madame la farceuse

» Le syndicat Sud PTT de l'Hérault dénonce une nouvelle tentative de suicide à La Poste
Mar 12 Juin 2018 - 14:40 par riboul

» Que lisez vous en ce moment ?
Dim 10 Juin 2018 - 16:31 par facteur +

» les facteurs du 78 appellent à une grève illimitée à partir du 14 juin
Ven 8 Juin 2018 - 20:27 par olivier


Partagez | 
 

 Grève en mai 68 des C.C.P. à Paris 15e arrondissement

Aller en bas 
AuteurMessage
caramel
Invité
avatar


MessageSujet: Grève en mai 68 des C.C.P. à Paris 15e arrondissement   Lun 26 Juil 2010 - 22:51

Aux Chèques Postaux dans le 15e arrondissement, 13000 femmes sont employées dans deux centres, rue des Favorites et Boulevard de Vaugirard.

Des conditions de travail dures, frappe à la machine à des cadences qu’on peut qualifier d’infernales, une discipline quasi militaire, des organisations syndicales vivantes mais pratiquement réduites à la clandestinité, tel est le contexte du travail dans cette grande boîte que sont les Chèques postaux en Mai 1968.

Dès le 18 mai, la grève démarre par une immense assemblée générale à la prise de service à 7h30 le matin, provoquée par le départ en grève des gars de la nuit. Ainsi, les filles des Chèques rejoignent les salariés de toutes les professions.

Les revendications sont vites trouvées, elles ne jaillissent pas du chapeau de quelques syndicalistes équipés d’un mégaphone, elles existent depuis longtemps, elles ont été élaborées depuis des années, à travers de multiples réunions, elles datent d’avant même la grève des fonctionnaires de 1953. La revendication qui sert de fil rouge à l’action syndicale des filles des Chèques c’est la réduction du temps de travail. C’est une course folle contre le temps qu’engagent chaque jour les filles des Chèques, chargées de familles seules ou en couple. Passer 42 heures par semaine à se crever, se payer 1h30 de transports en commun, pour ensuite, s’occuper des gosses, aller les chercher à la crêche ou à l’école, c’est à la limite du possible et ceci du lundi au samedi inclus. Toutes les organisations syndicales locales ont cette préoccupation. De multiples grèves ont eu lieu de 24 h, 48 heures, le samedi, en semaine, pour réclamer la réduction du temps de travail, avec toujours la même réponse de la Direction : « Les syndicats veulent couler les centres de Chèques postaux, c’est totalement impossible, la faible rémunération par l’Etat ne permet pas la moindre dépense supplémentaire, enfin c’est impossible, irresponsable, il faut arrêter de rêver ». Fermez le ban, circulez il n’y a rien à voir !

A cette époque, le coût le plus faible de l’opération bancaire, est aux CCP (Centre de Chèques Postaux). C’est donc que les jeunes petites mains féminines travaillent beaucoup et pour pas cher.

Le temps, le temps et rien d’autre !

Donc, quand éclate la grève, la revendication numéro un qui ne se discute même pas, c’est la réduction du temps de travail, ce qui n’est pas le cas dans les autres services de La Poste, tels que les bureaux de Poste et les centres de tri, qui eux, mettent en avant la retraite, les conditions de travail, les primes, etc.

La grève, c’est d’un coup 2 millions de comptes gérés à Paris-Chèques qui sont bloqués. Et dans ces comptes, il en est qui pèsent plus lourd que d’autres, par exemple ceux de la Vente par Correspondance. Ils se trouvent bloqués. du coup, des milliers et des milliers de versements quotidiens sont en rade.

Les titulaires de ces fameux « grands comptes » comme on les appelle prennent ça très mal, leur trésorerie est mise à mal. Comment, les PTT n’ont rien fait pour empêcher la contagion de la grève ? Décidément, plus rien ne va. Pourtant, les potentas locaux, quelques cadres aidés de la CSL syndicat fasciste, s’agitent, menacent, crient à la manipulation communiste, mais rien n’y fait. Eux qui pensaient tenir leur petit personnel bien en main sont débordés. L’un d’eux a dit « Mes femmes ne sortiront pas ». mais si, ses femmes sont sorties et elles ont failli le lyncher, ce beau monsieur !

La grève se poursuit pendant un mois, avec piquets de grève, occupation des locaux, discussions enflammées sur le travail, sur la hiérarchie, sur la société, enfin sur à peu près tout. On parle, on chante, en bref, on s’éclate.

Au bout des péripéties politiques de ces journées turbulentes, il y aura les accords de Grenelle. Ces fameux Grenelle, mis aujourd’hui à toutes les sauces, environnement, logement, pauvreté, il n’y manque que le Grenelle du fric.

Après les accords de Grenelle refusés d’ailleurs par les grévistes des usines Renault Billancourt, qui sont sensées fixer le cadre général, il y aura les négociations par branche toujours sous la pression de la grève générale. Donc le ministre des PTT ouvre des négociations avec les représentants syndicaux des différents secteurs de La Poste et de ce qui est aujourd’hui France-Télécom.

La lutte paie mais on sait aussi qu’on a perdu

Des négociations pas tellement transparentes, mais menées dans la perspective de faire reprendre le boulot à ces milliers de gens qui prenaient goût à la grève, à la lutte collective, et qui n’étaient pas prêts à rentrer avec des clopinettes. Les fédérations syndicales CGT, CFDT, FO mènent la négociation avec le ministère des PTT, pour les Chèques, c’est sûr il faut lâcher sur la réduction du temps de travail. Après une nuit de pourparlers, les fédérations arrachent un samedi libre sur deux, la suppression d’un retour par mois, lui-même réduit d’une heure, au total ça fait 4 heures de réduction de temps de travail. Sur la quinzaine, ça nous ramène à une moyenne horaire hebdomadaire de 37h15.

A cet acquis sur le temps de travail, il faut ajouter une augmentation en points uniformes de 200 francs, une augmentation de la prime de rendement et l’accueil des jeunes dans les gares. Comme dans les autres boîtes, la section syndicale est reconnue, ce qui veut dire que les militantes sortiront enfin de la semi-clandestinité et du non-droit syndical.

Pour celles qui ont suivi le mouvement d’assez loin, c’est totalement inespéré, certaines ont du mal à y croire. Il y a à peine un mois, une heure de moins, ça paraissait complètement impossible. C’est quand même un scoop. la semaine suivante, la moitié du personnel, ne travaillera pas samedi prochain, ça paraît à peine croyable.

C’est vraiment la preuve par neuf que la lutte paye et que ça vaut la peine de se bagarrer.

Le discours de la direction est démystifié : Comment, tous les grands chefs qui disaient que ce serait la faillite si on touchait à la durée du travail, et là d’un coup, ils lâchent 4 heures, et non seulement rien ne s’écroule, mais le boulot se fait, car un concours supplémentaire a été ouvert.

C’était possible en créant des emplois, mais c’est cela qu’ils ne voulaient pas faire et c’est la grève qui les a contraints dans l’urgence.

Pourquoi ? Tout cela soulève des questions qui amènent assez loin dans la réflexion. En fait ils s’en foutaient que tous les jours on se crève au boulot, ce qui leur importait, c’est que le trafic passe avec le moins de personnel possible. Pour celles qui ont été à fond dans le mouvement, la déception est là, on aurait voulu encore plus mais surtout, on pense à la reprise du boulot et ça c’est dur, très dur. Quoi que nous ayons obtenu, la reprise c’est la fin de ce moment où l’on s’est senti exister comme jamais, en dehors de la hiérarchie et de la compétition des cadences. On sent bien confusément que ça ne se reproduira pas de sitôt. On ne peut pas l’exprimer clairement, mais on a le sentiment qu’une occasion inédite a été gachée. Pour les plus actives dans la grève, c’est la rage, une sorte de colère sourde, on nous a volé quelque chose, qui est ce « on » ? les syndicats, les non-grévistes, on ne sait pas trop.

Personne n’a une analyse très claire de la situation, mais quelque part c’est : « On s’est faites avoir ! ».

Le combat continue

Il en faudra du temps pour mettre de l’ordre dans ces sentiments, pour comprendre un peu ce qui s’est passé, qui est responsable de cette fin en queue de poisson.

Il faudra discuter, analyser avec des militants politiques, d’autres militants syndicaux pour trouver des raisons « objectives, rationnelles » à ce que l’on considère comme un demi-échec, parce que d’une grève générale, on attend plus que des succès revendicatifs, fussent-ils importants.

Mais foin des états d’âme, au jour le jour, dans nos sections syndicales, très vite on reprend l’action sur notre thème favori : le temps, dans tel service, c’est une pause qui est exigée, par le fait accompli, on se coordonne et on prend la pause malgré l’interdiction des chefs. Dans un autre service c’est des horaires adaptés qui sont réclamés, et on redémarre sur la suppression totale des retours. Comme le proclamait un slogan : « Ce n’est qu’un début le combat continue ».

Gisèle Moulié
Revenir en haut Aller en bas
Parmi
Invité
avatar


MessageSujet: parmi les potentats locaux et cadres des CCP   Mar 27 Juil 2010 - 10:29

Il y avait un des auteurs du livre "si Paris RP m'était conté"
le dernier recveur de ce bureau
tu parles
il y a à peine passer quelques années et comme patron
il connait rien au bureau et à son histoire
ceux qui me font rigoler c'est les retraités qui ont fini cadres sup ou patrons et qui te disent que de leur temps c'était mieux et que eux ils n'étaient pas comme ceux de maintenant
tu rigoles c'est les mêmes
Revenir en haut Aller en bas
ccp
Invité
avatar


MessageSujet: ccp   Mar 27 Juil 2010 - 13:49

on oublie la libération sexuelle qui s'en ait suivi
et 9mois après les naissances aux ccp
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grève en mai 68 des C.C.P. à Paris 15e arrondissement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Grève en mai 68 des C.C.P. à Paris 15e arrondissement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la boutique de cality sweet (J-DOLL PULLIP ...)et vétement
» Les toges universitaires
» clip Québecois à Etretat
» Formations universitaires aux Métiers du livre par région
» À bas les joues rouges... !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS ET LOISIRS :: Avis de recherche & Souvenirs de Postier/PTT-
Sauter vers:  
Liens syndicalisés
Liste des sites internet qui ont syndicalisé le Forum des Postiers CGT Villeurbanne PPDC / SUD Postaux Paris / SUD PTT 31 / CNT PTT / SUD PTT 44 / UNSA Postes paris / SUD PTT 69 / SUD PTT 36-37 / CGT FAPT 74 / CGT FAPT PIC Lesquin / SUD PTT Manche /FO Poste 38 / FO com Poste 06 / CGT PFC Moissy / CGT FAPT PIC Val de Loire / CGT FAPT 83 / CNT Martigues CC-T1 / SUD PTT Pays d'Auge / / ANR 55 / Etincelle Poste Paris / Postiers du calvados / Tribune de Nice Thiers PPDC / / Si nous avons oublié un site, contactez-nous !