Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Il y a 125 ans naissait Marcel PAGNOL...
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyAujourd'hui à 17:12 par tahar

» Simulateur retraite
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyAujourd'hui à 5:45 par casper

» Mise à jour
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyAujourd'hui à 0:13 par tahar

» Fichier des anciens postiers.
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyHier à 13:49 par don diego delavega

» René MAGRIPPE et le surréalisme sanitaire
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyHier à 13:21 par tahar

» psychose
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyHier à 0:33 par tahar

» Ancien de Meaux CTC
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyMar 25 Fév 2020 - 19:18 par Trapanel

» Tempoème
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyLun 24 Fév 2020 - 11:18 par tahar

» dernier souffle
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyLun 24 Fév 2020 - 8:48 par betelgeuse

» Anecdotes de tournée
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyLun 24 Fév 2020 - 6:52 par mouscaillot

» Chantons en coeur
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyLun 24 Fév 2020 - 6:15 par betelgeuse

» foyer de la poste de levallois perret 92
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyDim 23 Fév 2020 - 18:36 par marie-claude le floch

» BANQUE POSTALE AVIS
Au travail, la maladie reste honteuse EmptySam 22 Fév 2020 - 12:00 par Laurent29

» Musique : Ça écoute quoi un postier ?
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyLun 17 Fév 2020 - 9:52 par roger15

» Mon projet pour Notre Dame, mais comme on ne m'a rien demandé...
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyDim 16 Fév 2020 - 20:20 par tahar

» Qui remplace le SEDEP de Lannion ?
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyDim 16 Fév 2020 - 18:33 par Jyseg

» demande de retraite
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyDim 16 Fév 2020 - 14:37 par letec

» Sur tous vos écrans et bientôt chez vous !
Au travail, la maladie reste honteuse EmptySam 8 Fév 2020 - 22:10 par M@rie

» anciens du PLM
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyVen 7 Fév 2020 - 8:03 par NAXOS

» Documentaire sur les ambulants
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyJeu 6 Fév 2020 - 19:40 par NAXOS

» Recherche anciens PLM années 70-77 et CT Arras 77:81
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyJeu 6 Fév 2020 - 19:17 par NAXOS

» recherche anciens collègues ayant travaillé au centre de tri PLM gare de Lyon entre années 1979 et 1991
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyJeu 6 Fév 2020 - 18:53 par NAXOS

» Recherche des collègues du PLM brigade-A entre 1979-1990
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyJeu 6 Fév 2020 - 18:33 par NAXOS

» Vocabulaire
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyJeu 6 Fév 2020 - 13:19 par tahar

» code
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyMer 29 Jan 2020 - 18:17 par tahar

» Si vous écrivez le nom du groupe comme ça:"BEETLES", alors forcément...
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyMar 28 Jan 2020 - 23:02 par komoykaye

» Tragique
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyDim 26 Jan 2020 - 23:24 par tahar

» virus corona
Au travail, la maladie reste honteuse EmptySam 25 Jan 2020 - 14:01 par tahar

» la RAFP pour les fonctionnaires de la Poste
Au travail, la maladie reste honteuse EmptySam 25 Jan 2020 - 0:01 par mrbean

» T-shirt collector
Au travail, la maladie reste honteuse EmptyVen 24 Jan 2020 - 5:45 par nine

-35%
Le deal à ne pas rater :
MINERVA Vélo de ville – 3 vitesses Nexus
89.99 € 139.00 €
Voir le deal

Partagez
 

 Au travail, la maladie reste honteuse

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Au travail, la maladie reste honteuse Empty
MessageSujet: Au travail, la maladie reste honteuse   Au travail, la maladie reste honteuse EmptyVen 1 Juin 2012 - 22:44

lu sur libé :

Au travail, la maladie reste honteuse
28 mai 2012 à 19:06

-

Par fierté, peur d’être moquées, rétrogradées ou licenciées, nombre de personnes cachent leur handicap. Une attitude qui n’est pas sans risques. Etat des lieux.
Par WILLY LE DEVIN

Retour à la case départ. Après des années de campagnes contre les préjugés, de secrétariats d’Etat ad hoc et de missions de sensibilisation, on pouvait naïvement penser que la perception du handicap et de la maladie dans la sphère professionnelle évoluait. Il n’en est rien…

Au même titre que l’illettrisme et la séropositivité, les handicaps, lorsqu’ils sont invisibles évidemment, font l’objet de toutes les cachotteries. Effrayés par la discrimination dont ils pourraient bien devenir victimes, de nombreux salariés mentent à leurs supérieurs, serrent les dents, et limitent les collègues mis dans la confidence. «Masquer son handicap, c’est se donner le maximum de chance de garder son emploi. Savez-vous qu’en France, ce sont près de 120000 personnes qui sont licenciées chaque année pour inaptitude ? Sans compter ceux qui subissent des diminutions de salaires, des placardisations ou des pertes soudaines de responsabilités. Aujourd’hui, on peut l’affirmer scientifiquement : handicap ou maladie = pénalisation au travail», martèle Arnaud de Broca, secrétaire général de la FNATH, l’association des accidentés de la vie.

Jean-Luc (1), 51 ans, est de ceux qui, «sans en être fier», font comme si. Depuis 2006, et un accident du travail, il souffre de ce que les médecins appellent «un trouble musculo-squelettique», maladie professionnelle la plus répandue en France. En gros, il a l’épaule «qui siffle» : «J’ai les cartilages usés par la répétition de mouvements identiques. Certains jours, particulièrement lorsqu’il fait mauvais temps, ça me fait un mal de chien.» Pour tenir, Jean-Luc, qui ne citera jamais le nom de son employeur pour ne pas risquer d’être reconnu, tourne aux antidouleurs. A raison de plusieurs prises dans la journée quand ça va vraiment mal. «C’était ça ou le boss m’aurait forcé à prendre un temps partiel. Or, j’ai mis 20 ans à arriver à mon poste de contremaître. Je ne veux pas tout perdre et j’ai besoin d’argent», confie-t-il. Sa femme, Sylviane, est déjà à mi-temps. Et la maison n’est pas totalement payée.

Appréhensions. Aux yeux d’Anne-Marie Waser, sociologue, auteure d’une étude parue en 2009 sur le retour au travail après le cancer, ce raisonnement est extrêmement classique : «On s’aperçoit que ce sont surtout les hommes qui cachent leurs incapacités. Et plus le poste est bas dans la hiérarchie sociale, plus le handicap est passé sous silence. Cela s’explique très simplement par l’urgence liée à l’absence de couverture. L’ouvrier qui n’a pas de mutuelle ou de prévoyance par exemple, va retourner au charbon le plus vite possible après une maladie longue. Et ce, en ignorant le plus souvent les précautions médicales d’usage».

Toutefois, qu’ils soient précaires, cadres, ou même chefs d’entreprise, «ceux qui cachent» poursuivent une quête commune: celle d’une vie normale. Ou la fierté est sauve. Ou l’on produit autant que son collègue. Ou l’on n’est pas pointé du doigt. «Un handicap quel qu’il soit est toujours plus ou moins source de honte», confie François Desriaux, rédacteur en chef de la revue Santé & Travail, «il n’y a donc pas de bonne façon de gérer son handicap au travail. Il y a surtout une démarche personnelle que chacun doit définir et dans laquelle il se sent bien. En revanche, il faut assumer sa décision. Ne pas révéler son handicap peut être une source de pression supplémentaire. Nous connaissons des personnes pour qui le secret a fini par être trop lourd à porter et qui sont tombées, en plus, en dépression.»

Difficultés. La seule qui ait finalement une obligation de déclaration est l’entreprise. La loi de 2005 obligeant les sociétés d’au moins 20 salariés à embaucher un minimum de 6% de travailleurs handicapés a bouleversé les - mauvaises - habitudes. Aujourd’hui, des cadres bien définis existent, permettant l’intégration de toutes les formes de handicap pour peu qu’elles soient compatibles avec une activité durable. Mais si beaucoup de sociétés, notamment les très grandes, sont désormais plus ou moins en règle, reste le point noir des PME. Trop occupées à scruter leurs comptes en cette période de fort ralentissement économique, elles demeurent de très mauvais élèves. «Je n’ose imaginer ce que serait la situation dans ce secteur si le texte de 2005 n’avait pas vu le jour», désespère Anne-Marie Waser, «bien souvent, le seul cas de hiérarchie compréhensive c’est quand le patron possède lui-même un proche atteint de longue maladie. Il y est donc sensible en raison de son expérience personnelle… Et je ne caricature qu’à peine !» Pour mettre un terme à cette inertie, de multiples missions gouvernementales sont mises en place. Objectif ? Former les CHSCT (comité d’hygiène et de sécurité) et les services de ressources humaines pour qu’enfin «ils sachent faire.» Intégrer ou réintégrer une personne diminuée se prépare. Se pense. S’explique (lires page suivantes).

Oui, le handicap ne suscite pas la tolérance mais l’intransigeance. Dans une société, l’aménagement d’un poste de travail apparaît rapidement aux yeux des collègues vachards comme un privilège. Une réduction du temps de travail devient la marque d’un favoritisme. Avec cette idée sous jacente «que la maladie a bon dos»… Mélangez le tout dans un doigt de sarkozysme électoral, pour qui l’assistanat et la fraude sont omniprésents partout, et vous aurez un cocktail définitivement imbuvable. Dès lors, comment ne pas goûter le confort du silence?

François Desriaux s’emporte: «Si on veut qu’un jour les salariés s’acceptent avec leurs failles, il faudrait déjà arrêter de les culpabiliser. On nous dit sans arrêt qu’il faut travailler plus longtemps mais sans accepter la casse que cela induit. Nous sommes condamnés à être des athlètes.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Au travail, la maladie reste honteuse Empty
MessageSujet: Re: Au travail, la maladie reste honteuse   Au travail, la maladie reste honteuse EmptySam 2 Juin 2012 - 2:05

En gros, c'est "marches ou crèves !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Au travail, la maladie reste honteuse Empty
MessageSujet: Re: Au travail, la maladie reste honteuse   Au travail, la maladie reste honteuse EmptyMer 3 Oct 2012 - 21:28

calimérotte a écrit:
En gros, c'est "marches ou crèves !"

heuuu quel aco n'a pas eu un courrier de la cpam car lp ne déclare pas le salaire des salariés malades
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Au travail, la maladie reste honteuse Empty
MessageSujet: Re: Au travail, la maladie reste honteuse   Au travail, la maladie reste honteuse EmptyJeu 11 Oct 2012 - 11:54

echo a écrit:
calimérotte a écrit:
En gros, c'est "marches ou crèves !"

heuuu quel aco n'a pas eu un courrier de la cpam car lp ne déclare pas le salaire des salariés malades

Bonjour,

Heureux de voir que je ne suis pas seul dans cette situation là.

J'ai eu de gros pépins et des relances de la Sécu pour des arrêts non déclarés par la poste.
Comme si j'avais fait exprès d'être malade.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Au travail, la maladie reste honteuse Empty
MessageSujet: Re: Au travail, la maladie reste honteuse   Au travail, la maladie reste honteuse Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Au travail, la maladie reste honteuse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS EN LUTTE :: Luttes et grèves en cours et à venir-
Sauter vers:  
Liens syndicalisés
Liste des sites internet qui ont syndicalisé le Forum des Postiers CGT Villeurbanne PPDC / SUD Postaux Paris / SUD PTT 31 / CNT PTT / SUD PTT 44 / UNSA Postes paris / SUD PTT 69 / SUD PTT 36-37 / CGT FAPT 74 / CGT FAPT PIC Lesquin / SUD PTT Manche /FO Poste 38 / FO com Poste 06 / CGT PFC Moissy / CGT FAPT PIC Val de Loire / CGT FAPT 83 / CNT Martigues CC-T1 / SUD PTT Pays d'Auge / / ANR 55 / Etincelle Poste Paris / Postiers du calvados / sudptt 38-73 / Tribune de Nice Thiers PPDC / / Si nous avons oublié un site, contactez-nous !