Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Débuter sur le forum
règles du forum Postiers
Derniers sujets
» anciens de PARIS GARE AUSTERLITZ
"La naissance du syndicalisme postal" EmptySam 12 Sep 2020 - 19:26 par regis demange

» Don de costumes facteurs
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyMar 1 Sep 2020 - 5:47 par nine

» Avis de recherche . Austerlitz PAE mais aussi province transbord ambulant ....82 - 90
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyLun 31 Aoû 2020 - 0:02 par lm16

» Annuaire des agents de la poste
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyLun 17 Aoû 2020 - 22:16 par Breizhou 35

» Evangile cesa
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyLun 17 Aoû 2020 - 17:20 par jean59

» recherche anciens collègues du CATMI
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyLun 17 Aoû 2020 - 17:09 par jean59

» présentation
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyJeu 13 Aoû 2020 - 7:59 par olivier

» Une pensée à tous nos collègues de Beyrouth et à leurs proches.
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyJeu 6 Aoû 2020 - 19:45 par etno10

» Bonjour tout le monde
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyDim 2 Aoû 2020 - 10:51 par Facteur_00

» recherche anciens collègues ayant travaillé au centre de tri PLM gare de Lyon entre années 1979 et 1991
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyJeu 30 Juil 2020 - 7:15 par fredfoued

» Recherche des collègues du PLM brigade-A entre 1979-1990
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyMer 29 Juil 2020 - 14:37 par fredfoued

» PLM 1981-1994
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyMer 29 Juil 2020 - 10:49 par fredfoued

» poste aux armées
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyMar 28 Juil 2020 - 9:44 par Postiermili33

» Présentation Rjm55
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyLun 13 Juil 2020 - 4:04 par etno10

» Présentation d'une CDD oubliée
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyDim 12 Juil 2020 - 20:58 par tramontane

» Documentaire CCP La Source
"La naissance du syndicalisme postal" EmptySam 11 Juil 2020 - 21:36 par CLH

» ancien de trappes CTA
"La naissance du syndicalisme postal" EmptySam 30 Mai 2020 - 20:35 par Oliver 93

» Qui est passé par les foyers de la Poste ?
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyMar 19 Mai 2020 - 14:25 par remi gono

» Bonjour tout le monde
"La naissance du syndicalisme postal" EmptySam 16 Mai 2020 - 20:45 par olivier

» Réflexions sur la commande de colis pendant le confinement
"La naissance du syndicalisme postal" EmptySam 9 Mai 2020 - 18:14 par nine

» Metiers de contact: Exposés aux risques sanitaires, Covid & autres. Ma situation et la Poste.
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyMer 6 Mai 2020 - 21:31 par tramontane

» ma presentation tof28
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyDim 3 Mai 2020 - 10:35 par SISI28

» recherche de revues réalisées à Paris-Est (1987)
"La naissance du syndicalisme postal" EmptySam 18 Avr 2020 - 17:00 par olivier

» Activation du Portail
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyVen 17 Avr 2020 - 11:45 par olivier

» Le Forum est scindé en deux versions
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyMar 7 Avr 2020 - 20:44 par SVPat

» Recherche Collègues Paris XV jusqu'en 2003
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyJeu 2 Avr 2020 - 18:23 par fabrice50

» Usagers et postiers face au covid 19
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyMar 31 Mar 2020 - 10:27 par prepose

» Non passage du facteur
"La naissance du syndicalisme postal" EmptySam 28 Mar 2020 - 17:03 par nine

» Bonjour tout le monde
"La naissance du syndicalisme postal" EmptyVen 20 Mar 2020 - 12:14 par Facteur_00

» Fichier des anciens postiers.
"La naissance du syndicalisme postal" EmptySam 7 Mar 2020 - 21:42 par NAXOS


 

 "La naissance du syndicalisme postal"

Aller en bas 
AuteurMessage
Postman

Postman

Masculin Nombre de messages : 1531
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/08/2008

"La naissance du syndicalisme postal" Empty
MessageSujet: "La naissance du syndicalisme postal"   "La naissance du syndicalisme postal" EmptyMar 16 Juin 2009 - 22:54

"La naissance du syndicalisme postal" de Frédéric PACOUD

Cette neuvième levée des Cahiers aborde le thème du syndicalisme postal. Le sujet n'est pas pris dans son ensemble, l'optique aurait été par trop ambitieuse. L'étude s'en tient à la genèse du mouvement, dont les racines associatives émergent ensuite en structures syndicales : elle traite des frémissements revendicatifs et des premières luttes, souvent violentes, notamment à travers les deux grandes grèves du début du siècle en 1906 et 1909.

Le travail de Frédéric Pacoud a le mérite de nous rappeler que les mouvements syndicaux chez les postiers ne sont pas nés des problèmes à propos des conditions de travail ou des salaires, mais plutôt au sujet de l'avancement de grade. Les postiers, qui voient le terrain devenir fertile, doivent cependant réfréner leurs ardeurs : la loi Waldeck Rousseau de 1884 qui accorde une reconnaissance légale aux syndicats, laisse les fonctionnaires de côté… Insupportable tutelle étatique qui ne reconnaît pas aux travailleurs de l'Etat les mêmes libertés qu'aux ouvriers ! L'Etat ne montre alors pas l'exemple en matière sociale. C'est le récit de l'évolution d'associations de postiers, d'abord clandestines puis révélées au grand jour, se radicalisant ensuite pour certaines, puis se transformant en structures syndicales, qui nous est proposé à la lumière de cette recherche.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Publication du Comité pour l'Histoire de La Poste
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.juridique-postiers.net/
Invité
Invité
Anonymous


"La naissance du syndicalisme postal" Empty
MessageSujet: Re: "La naissance du syndicalisme postal"   "La naissance du syndicalisme postal" EmptyDim 20 Sep 2009 - 22:25

1899 - 1914
La grève est interdite pour tous les fonctionnaires. Quand les
personnels y recourent, ils s'exposent à des sanctions qui vont jusqu'à
la révocation. De plus le droit syndical ne s'applique pas aux agents
de l'État.


Grèves partielles et parisiennes de facteurs

18 mai 1899 : première grève de facteurs des postes à Paris RP(Recette principale, rue du Louvre). Grève partielle, pour une augmentation des salaires. Le sous-secrétaire d'État aux Postes et Télégraphes Léon Mougeot, fait appel à l' armée pour distribuer le courrier. 27 révocations et nombreuses autres sanctions.

  • 11 - 19 avril 1906 : Alors que toute la presse concentre ses articles sur la grève générale proclamée par la CGT pour le 1er
    mai, des facteurs parisiens se mettent en grève. L'année précédente, un
    syndicat s'est constitué parmi eux. Les grévistes veulent que
    l'administration reconnaisse leurs porte-paroles. Au contraire, le
    ministre des Travaux publics et des PTT, Louis Barthou
    refuse tout dialogue et laisse "pourrir" un mouvement qui touche
    surtout les moins âgés des facteurs. Pour finir, près de 300
    révocations frappent les grévistes. Tous sont réintégrés les mois
    suivants, jusqu'au 1er novembre. Parmi les figures du syndicalisme postier, quelques-uns des facteurs sanctionnés: Pangrani, Henri Grangier, Louis Simonnet. Cette grève est restée très localisée et n'a impliqué qu'une catégorie du personnel postal.







Droit syndical dénié aux fonctionnaires



  • 22 mars 1907 : le gouvernement, présidé par Georges Clemenceau
    a proposé, quelques jours plus tôt, une loi portant sur les
    droitsd'association des fonctionnaires. C'est en fait un texte
    restrictif et
    jugé tel par les "syndicalistes". 7 d'entre-eux adressent une lettre
    ouverte à Clemenceau au nom d'un Cartel pour la défense du droit syndical. Tous les sept, l' instituteur Marius Nègre, l' employé de l'éclairage Émile Janvion et...cinq postiers sont révoqués sur le champ. Pour les postiers, sont ainsi sanctionnés le secrétaire de l'Association générale des agents des PTT, Clavier "La naissance du syndicalisme postal" 15px-Disambig_colour.svg, les facteurs Simonnet et Grangier, qui en sont à leur deuxième révocation, et deux commis des services ambulants, Paul Amalric et Paul Quilici.




Les grèves de l'année 1909



  • 12 mars - 23 mars 1909 : la première grève généralisée
    à tous les PTT. Elle met en mouvement les télégraphistes, les agents
    des bureaux de poste, les postiers des services ambulants
    (les agents travaillant dans les wagons-poste), les dames employées du
    télégraphe
    et du téléphone, les ouvriers des lignes. Malgré une fermetéproclamée,
    malgré le soutien à cette politique obtenu à la Chambre des députés par Louis Barthou et Clemenceau,
    malgré des sanctions prises, la grève perdure. Née à Paris, elle
    s'étend aux principales villes de France, avec des points forts à Lyon, Marseille, Rouen, Lille.
    Cependant, elle semble plus suivie dans la catégorie des agents, que
    chez les facteurs, dans les grandes concentrations "tertiaires" comme
    les centraux télégraphiques, les bureaux de tri des gares, les services
    ambulants, essentiels dans l'acheminement du courrier ou les dépêches
    télégraphiques, que dans les centres de moindre importance. Le
    gouvernement se trouve dans l'obligation de négocier avec les
    grévistes. Les revendications de ceux-ci portent à l'origine sur des
    problèmes internes d'avancement. Mais au fil d'événements à
    rebondissements, c'est la démission du sous-secrétaire d'État aux PTT, Julien Simyan
    qui devient l'objectif que les grévistes croient pouvoir atteindre. À
    Paris des meetings quotidiens: ceux-ci semblent selon la presse
    rassembler des foules importantes, peu habituées à ce genre de réunion,
    mais qui au fil des jours s'affermissent dans la grève. Fermeté ?
    Clemenceau en a fait preuve contre la CGT
    les années précédentes...Cependant des circonstances le contraignent à
    reculer. Il y a le soutien du public à une grève qui met en avant des
    agents en "cols blancs" que la propagande du Tigre peine à
    présenter comme des révolutionnaires. Il en est de même pour les dames
    téléphonistes dont la participation à cette grève est une première. Il
    y a aussi une forte pression des milieux d'affaires, désarçonnés par
    cette grève imprévue. Des négociations officieuses entre le ministre Louis Barthou et le syndicat des ouvriers des PTT s'ouvrent. Insuffisantes, car ni les "agents, ni les facteurs ne sont représentés.


Le 22 mars 1909, alors que plusieurs milliers de grévistes
sont rassemblés en un meeting encore plus massif que les précédents,
une délégation de 12 postiers (dont quatre femmes, fait extraordinaire
pour longtemps), représentants des grands services en grève est reçue,
Place Beauvau, par Clemenceau
en personne. Elle obtient des promesses verbales, qu'elle transmet aux
grévistes. Comme lors de chaque décision, la reprise du travail est
soumise au vote, à mains levées. Majoritairement les postiers se
rallient à la fin de la grève, alors qu'elle semblait devoir durer...
Face à des syndicalistes encore peu expérimentés, Clemenceau fait preuve d'un art politique évident: de 1906 à 1909, son gouvernement ne tient-il pas près de 3 années dans une Troisième République
marquée par l'instabilité ministérielle. Quant aux postiers, auxquels
ont été "promis" la levée des sanctions et la réforme de leur
avancement, ils peuvent, à l'instar de l'Humanité de Jean Jaurès, crier : Victoire !!

  • avril 1909 : dans l'euphorie de cette victoire, certains
    postiers se laissent entrainer à sous-estimer le politicien manœuvrier
    qu'ils ont face à eux. Si le Syndicat des ouvriers des PTT a contribué,
    avec discipline et pragmatisme, au succès de la grève, si les postiers
    ont suivis massivement les dirigeants de l'A.G. des agents, qui est un
    syndicat sans en avoir le nom, l'ensemble du "prolétariat postal" est
    loin du Syndicalisme-révolutionnaire de certains dirigeants de la CGT.
    Cependant quelques leaders de l'A.G. y voient l'avenir. Ils
    interviennent dans plusieurs meetings syndicaux, dont l'un à Paris, le
    4 avril, rassemble des milliers de participants. Certains orateurs
    voient la Révolution poindre: le gratin du Syndicalisme-révolutionnaire est à la tribune, Georges Yvetot, Raymond Péricat, Émile Pataud, Émile Janvion. Le postier Louis Simonnet y réclame le droit syndical pour les fonctionnaires. Le secrétaire de la CGT, Louis Niel est plus circonspect. Du côté socialiste SFIO, c'est le temps du Congrès national annuel, à Saint-Étienne. Le commis des postes Jean-Louis Chastanet y intervient en prophétisant la lutte finale. Pendant ce temps, Clemenceau et son ministre Louis Barthou, préparent des conseils de discipline, tandis que les Chambres de commerce
    prévoient des acheminements supplétifs. Début mai, les leaders
    "syndicaux" des PTT sont traduits devant les instances administratives
    pour "propagande révolutionnaire" contrevenant à leur obligation de
    réserve. Tous sont révoqués : Chastanet, Lamarque, Charles Le Gléo,
    en particulier, ceux-là que Clemenceau avait reçu en délégation. Par
    fournées, tous les dirigeants du syndicalisme naissant sont promis à
    sanction: les responsables de l'A.G. des agents, Frédéric Subra, Raoul Montbrand, Paul Amalric tout comme les jeunes, souvent âgés de moins de trente ans, dont la grève révèle le talent militant: André Février (24 ans), à Lyon, Clovis Constant (21 ans), au Havre, René Plard (21 ans) à Nevers, Louis Thomas, connu sous le nom de Maurice Harmel, (25 ans), ou André Maratrat (21 ans), au central télégraphique de Paris.


  • 11 mai - 20 mai 1909: les 3 organisations syndicales catégorielles, constituées depuis mars 1909 en une Fédération nationale des PTT lancent, en riposte, un appel à la Grève générale des postiers. La masse des postiers, le Central télégraphique
    même, pourtant en pointe de la grève en mars, ne suivent pas le mot
    d'ordre. Le courrier est détourné pour être traité par un circuit
    parallèle. La Chambre de commerce d'Amiens va jusqu'à émettre des vignettes spéciales, qui ont allure de timbres-poste. Les sanctions administratives pleuvent sur les rares grévistes. Le soutien de la SFIO, celui de la Ligue des droits de l'homme ne suffisent pas. La direction de la CGT, sollicitée mais divisée, lance à son tour un appel à une gréve générale: celle-ci intervient le 20 mai,
    alors que le nombre des grévistes aux PTT, décimés par les sanctions,
    est très faible. Cette grève générale, occasion de quelques bagarres à
    Paris, est un fiasco. Le 21 mai, c'est la direction de la CGT qui appelle à la reprise du travail. Plus de 800 postiers sont révoqués.

Cinq jours plus tard, le 26 mai 1909 le secrétaire général de la CGT, Louis Niel démissionne. Son remplaçant, Léon Jouhaux
élu en juillet 1909 va marquer le syndicalisme français. À l'automne
1909, tirant les conséquences des grèves, un noyau de syndicalistes
animé par Pierre Monatte, qui a suivi les événements en tant que journaliste d'un éphémère quotidien, la Révolution, lancé par Émile Pouget, crée une revue d'étude et d'action syndicales, la Vie ouvrière.
Quant à Clemenceau, son gouvernement est mis en minorité le 20 juillet 1909. Alexandre Millerand, ministre des PTT du gouvernement suivant formé par Aristide Briand, réintègre dans l'administration la pupart des révoqués et supprime le poste de sous-secrétaire d'État aux PTT.



Source : wikipédia

Revenir en haut Aller en bas
 
"La naissance du syndicalisme postal"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS ET LOISIRS :: Avis de recherche & Souvenirs de Postier/PTT-
Sauter vers: