Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Débuter sur le forum
règles du forum Postiers
Derniers sujets
» FormaPoste CLVUL, une perte de temps ?
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyAujourd'hui à 4:50 par nine

» présentation juliendanov
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyHier à 17:40 par nine

» Bjr les anciens de P.BRUNE( 65 à 82)
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMar 5 Oct 2021 - 16:51 par ARA

» Paris 08 La Boétie de 1999 à 2001.
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMer 29 Sep 2021 - 15:31 par darta34

» ancien de Paris 15
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyVen 17 Sep 2021 - 11:35 par vero cary

» Acadiane GPL
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMer 1 Sep 2021 - 22:05 par coco32

» Qui est passé par les foyers de la Poste ?
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMar 31 Aoû 2021 - 23:33 par tidji

» et un petit nouveau de plus
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyJeu 19 Aoû 2021 - 9:08 par hervee

» recherche de revues réalisées à Paris-Est (1987)
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMer 18 Aoû 2021 - 14:32 par Auxiliaire occasionnel

» paris tri EST
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMer 18 Aoû 2021 - 14:00 par Auxiliaire occasionnel

» Présentation TYBOR
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyJeu 12 Aoû 2021 - 12:19 par TYBOR

» Avis de recherche . Austerlitz PAE mais aussi province transbord ambulant ....82 - 90
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyVen 6 Aoû 2021 - 15:54 par lm16

» Documentaire sur les ambulants
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyJeu 5 Aoû 2021 - 11:17 par Julef

» A Paris fait péter l'whisky-chanson des ambulants
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyJeu 5 Aoû 2021 - 10:59 par Julef

» paris XVI telegraphe
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptySam 31 Juil 2021 - 17:54 par riton

» Anciens Paris gare d'Austerlitz 78/82- PAE C
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyDim 25 Juil 2021 - 20:00 par jean_pierre_44

» Province D
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyJeu 22 Juil 2021 - 14:40 par robbes56

» recherche anciens collégues de la direction régionale de Lille
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyLun 5 Juil 2021 - 7:41 par RéRé

» Lille Moulin rue de Fontenoy
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyDim 4 Juil 2021 - 23:34 par sabrina

» Présentation GG
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyLun 28 Juin 2021 - 19:52 par louis 911

» Recherche collègues
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyLun 14 Juin 2021 - 18:43 par DELIEGE

» Xenon Bitmap Brothers
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyDim 23 Mai 2021 - 2:15 par Xenon Bitmap Brothers

» Costumes anciens de facteurs
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptySam 22 Mai 2021 - 11:21 par agapée63

» PARIS XV DE 82 à 84
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyJeu 15 Avr 2021 - 16:07 par vero cary

» A quel n° était situé le foyer de la cité Trévise (75009)
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMer 14 Avr 2021 - 16:37 par Marcantoine

» recherche collègue Paris 8 la Boetie (1981 - 1982)
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptySam 10 Avr 2021 - 14:49 par John 73

» PARIS 08
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyVen 9 Avr 2021 - 20:51 par John 73

» Ma factrice ne veut pas monter pour mon recommandé
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMer 24 Mar 2021 - 5:10 par nine

» recherche anciens collègues ayant travaillé au centre de tri PLM gare de Lyon entre années 1979 et 1991
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyMar 23 Mar 2021 - 19:24 par bellus locus

» Retrouver des collègues de Paris 16
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptySam 13 Mar 2021 - 16:11 par road runner

Le Deal du moment : -43%
Calendrier de l’Avent – LEGO 41690 Friends ...
Voir le deal
16.99 €

 

 Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste

Aller en bas 
AuteurMessage
SVPat

SVPat

Masculin Nombre de messages : 3059
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Retraité C.Tri Marseille Gare
Date d'inscription : 09/01/2009

Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste Empty
MessageSujet: Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste   Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste EmptyVen 14 Aoû 2009 - 23:07

Les enjeux de la déprofessionnalisation

Études de cas et pistes de travail
Lise Demailly et Patrice de la Broise
Les postiers

Forte d’un effectif d’environ 300 000 personnes, La Poste en France a vécu récemment une transformation organisationnelle majeure consistant à recomposer ses différentes branches d’activité en plusieurs « métiers » génériques3. Ce redécoupage traduit un projet économique et commercial qui vise, d’une part, à repositionner le Groupe dans le contexte européen libéral d’ouverture généralisée des services à la concurrence, d’autre part, à développer en principe la qualité de services par un travail de reengineering différencié selon quatre domaines d’activité que constituent respectivement le courrier, le colis, les services financiers et « l’enseigne » (réseau grand public).

Or cette nouvelle partition des « métiers » correspond moins à une réalité sociale qu’à un modèle abstrait construit à partir d’une nouvelle carte technocratique. Dans le cas du Courrier, par exemple, le "métier" recouvre deux mondes professionnels complémentaires, mais distincts : la « production » (centres automatisés de tri postal) et la distribution. La division du travail est donc réelle, mais n’opère pas sur le même mode de partition que celui, artificiel et prescrit, qui distingue des « métiers » génériques (en réalité les branches d’activité) de La Poste dans son nouvel organigramme.

En bref, il apparaît que la spécialisation, comme construction hétéronome (ou culture prescrite), tend à atomiser l’activité et à la rationaliser pour elle-même, alors que les postiers en appellent à la reconnaissance de leur travail comme indissociable d’un service public global auquel tous participent.

Bien sûr, certains « métiers » ont disparu au rythme des évolutions techniques et des innovations logistiques. Tel le fut le cas des « ambulants » (les « seigneurs » de la Poste) qui, triant le courrier dans les wagons de chemin de fer, ont été absorbés par les grands centres de tri répartis sur le territoire. Mais d’autres métiers subissent aujourd’hui une déformation. Deux exemples, les facteurs et les guichetiers, illustrent ainsi une « déprofessionnalisation » vécue tout à la fois comme une perte d’autonomie et une surcharge de travail.

Si le facteur, métier emblématique du service postal, reste la figure mythique d’un service de proximité, il n’en demeure pas moins que la tournée est désormais considérée comme une simple séquence durant laquelle une charge de courrier doit être écoulée (Demazière, 2005). « Être facteur, c’est avoir sa tournée », mais à raison de « « 10 secondes par boîte aux lettres par immeuble », cette tournée — si caractéristique d’une reconnaissance professionnelle — devient une course contre la montre (Basdevant, 2002). Elle devient une « temporalité mesurable durant laquelle le courrier apparaît comme une charge qui peut être compensée partiellement par la vente de produits postaux. Pourtant, on conviendra que la transformation du métier de facteur ne procède pas seulement d’une requalification, notamment commerciale, de son faisceau de tâches. Nous parlons ici, tout au contraire, d’une perte substantielle de la relation, dite « de proximité » autant que de service, entre le facteur et son hôte. De sorte que l’augmentation du « portefeuille de prestations » de ce nouvel agent commercial l’oblige à « produire du chiffre » dans le temps de la tournée initialement dévolu à la distribution du courrier. C’est là une transformation plus proche de la déqualification et d’un émiettement caractéristique d’une activité taylorisée que d’une requalification commerciale du métier. Dans ces conditions, et faute d’allonger le temps de la tournée, il se pourrait même qu’à terme… le facteur ne sonne plus du tout. Affaiblissement de l’ancrage territorial, fragilisation du tissu relationnel des contextes d’exercice, priorité au commercial, augmentation des cadences : la métaphore du pilote de ligne, dans les films proposés en formation, pour dire la « responsabilité » du facteur est déjà édifiante.

Le guichetier, quant à lui, est un « producteur de services, mais qui, dans la majorité des cas, initie ou conclut un service que La Poste, dans son fonctionnement interne, s’engagera à réaliser » (Zarifian, 2005 : 82). La formule traduit les ambiguïtés d’un emploi où la pression "industrielle" (évaluation sur la maîtrise de la méthode de vente et sur le nombre de nombre de produits vendus pendant leur présence au guichet, produit par produit), est particulièrement mal vécue par les agents qui doivent composer entre « la réponse à une demande effectivement formulée par un client » et « l ’accomplissement d’un acte commercial ». S’ensuivent des protocoles très précis de structuration de la « ligne guichet » par spécialité et par niveau de compétence : guichetier animateur, gestionnaire de clientèle professionnelle, gestionnaire de clientèle services financiers ? Surtout, et au prétexte d’un élargissement du champ d’activités, on accroît la contribution au développement commercial du bureau en même temps que l’on déplace la chaîne d’activité des services financiers. La Poste ne le dit pas autrement qui, sur son site de recrutement, énonce ainsi le rôle du guichetier : « informe les clients sur les prestations offertes par La Poste, réalise les opérations financières et « courrier » demandées par les clients au guichet, participe à la promotion et à la vente des produits et services du Groupe La Poste ».

La référence explicite aux « métiers » de La Poste pour justifier sa segmentation en différentes activités de service opère aussi comme levier rhétorique de la responsabilisation (Martuccelli, 2004). Elle participe d’une concurrence construite entre des professionnels qui obéissent, tous, à l’obligation de performance, sachant — par ailleurs — que les emplois contractuels font désormais jeu égal avec les fonctionnaires. L’effet de cloisonnement, y compris statutaire, est ainsi vécu comme une mise en compétition, une sorte de concurrence inter-métiers.

jlavais dit Asso Francaise de sociologie
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maah3.com/
 
Les enjeux de la déprofessionnalisation et le cas de La Poste
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS ET LOISIRS :: Avis de recherche & Souvenirs de Postier/PTT-
Sauter vers: