Forum de discussion réservé aux postiers

 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Débuter sur le forum
règles du forum Postiers
Derniers sujets
» Qui est passé par les foyers de la Poste ?
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyJeu 1 Sep 2022 - 13:00 par COLAS

» facteur centre tri gare du nord 1982
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyMer 31 Aoû 2022 - 6:50 par philou76

» recherche d'un facteur
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyLun 29 Aoû 2022 - 16:21 par bill1974

» Recherche d'un ancien collègue
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyMar 16 Aoû 2022 - 17:24 par agapée63

» paris bureaux temporaire rue de douai .
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyJeu 4 Aoû 2022 - 19:05 par Sarretvanadal

» Recherche tarifs postaux
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyDim 24 Juil 2022 - 21:16 par roger15

» Recherche ancien collègues ayant travailler à Orly colis postaux avion de 1981 à 2003
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyDim 24 Juil 2022 - 13:46 par bob savarin

» recherche collègue Paris 8 la Boetie (1981 - 1982)
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyDim 24 Juil 2022 - 11:27 par Windy

» recherche anciens de la brigade Fet B entre déc 1977 et janv80
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyVen 22 Juil 2022 - 18:24 par timo

» recherche une collègue factrice dans le département de la Manche
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyVen 15 Juil 2022 - 5:18 par nine

» FOYER NAVARIN
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyLun 11 Juil 2022 - 11:30 par Sylvette1

» Avez-vous travaillé à Levallois Wilson 1991-1995?
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyJeu 30 Juin 2022 - 11:21 par Breizhou 35

» recherche amie très proche
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptySam 25 Juin 2022 - 20:43 par pgmdom41

» Que deviens Paris Louvre ?
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptySam 18 Juin 2022 - 17:27 par Sarretvanadal

» Présentation "Spiletti"
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyVen 10 Juin 2022 - 20:24 par Sarretvanadal

» Recherche ancien(ne) Agent tubiste, télégraphiste
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyJeu 9 Juin 2022 - 14:52 par aproposproductions

» anciens de PARIS GARE AUSTERLITZ
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyLun 6 Juin 2022 - 20:33 par Jll89

» Qui est passé par foyer , porte de Choisy, paris 13eme
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyMer 1 Juin 2022 - 11:13 par Christine2749

» agents du centre de tri Montparnasse
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyJeu 19 Mai 2022 - 9:55 par roger15

» Anciens Paris gare d'Austerlitz 78/82- PAE C
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyMar 3 Mai 2022 - 18:23 par gérard34

» ancien pae c
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyMar 3 Mai 2022 - 18:15 par gérard34

» Recherche des collègues du PLM brigade-A entre 1979-1990
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyDim 10 Avr 2022 - 8:57 par Déambulant

» photo d'un bus PK pour le transport des facteurs
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyDim 3 Avr 2022 - 20:42 par Mumu41230

» ancien de Paris 15
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyLun 28 Mar 2022 - 22:07 par Panone

» Foyer Villette
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyVen 25 Mar 2022 - 23:45 par Christophe75

» Retrouver des collègues de Paris 16
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyMar 22 Mar 2022 - 15:29 par laurentlille

» Recherche
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyDim 27 Fév 2022 - 11:34 par Fanou43

» vacances
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptySam 26 Fév 2022 - 11:31 par weber Dominique

» Foyer Montrouge
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyVen 21 Jan 2022 - 16:36 par Morel Loic

» Présentation Ricardo
La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyVen 17 Déc 2021 - 19:16 par Ricardo

Le Deal du moment : -50%
Nike Sportswear Club Fleece – Sweat à ...
Voir le deal
29.97 €

 

 La poste allemande : la face cachée de la privatisation

Aller en bas 
AuteurMessage
SVPat

SVPat


Masculin Nombre de messages : 3070
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Retraité C.Tri Marseille Gare
Date d'inscription : 09/01/2009

La poste allemande : la face cachée de la privatisation Empty
MessageSujet: La poste allemande : la face cachée de la privatisation   La poste allemande : la face cachée de la privatisation EmptyMar 8 Sep 2009 - 0:01

Douze ans après le lancement de sa privatisation, les bénéfices de la Deutsche Post, leader mondial de la logistique, se comptent en milliards. Malgré l'ouverture à la concurrence, 90% de la distribution de courrier en Allemagne passe encore par ses services. Non sans des diminutions drastiques d'effectifs et l'abandon des activités peu rentables.

La poste allemande : la face cachée de la privatisation 20080904PostPostiers en Allemagne (DR)

En Allemagne, à l'heure de la tournée, les facteurs à vélo se déclinent en jaune, vert ou orange, selon qu'ils appartiennent à la Deutsche Post, l'historique, à PIN-Group ou à TNT-Post. Quant aux vieux bureaux de poste jaunes, ils sont appelés à disparaître définitivement d'ici 2011. Trop coûteux en personnel. Le supermarché discount Aldi, l'épicier ou le boulanger du coin feront aussi bien l'affaire.

Qu'il semble loin le temps du service public postal. Outre-Rhin, la poste n'a plus le monopole sur le marché du courrier et du colis depuis 1998. Le dernier bastion protégé, le secteur des lettres de moins de cinquante grammes a cédé le janvier 2008.

Anticipant cette ouverture à la concurrence, la Deutsche Post World Net (le groupe) a été l'une des premières en Europe à s'engager sur la voie d'une privatisation, toujours pas finalisée.

Investissement sur la logistique au détriment du courrier

En 1996, la Deutsche Post devenait société et cotait ses premières actions en bourse en 2000. Jackpot. Douze ans plus tard, le groupe compte ses bénéfices en milliards (4,2 en 2008), affiche un capital de 63,5 milliards d'euros avec un demi million de salariés dans le monde. C'est le leader mondial de la logistique. Plus de la moitié de son chiffre d'affaires (59%) est réalisé hors d'Allemagne.

Son succès économique s'est construit à coups de rachats, de diversification et de liquidation des activités les moins lucratives, comme l'analyse Isabelle Bourgeois, chargée de recherches » au CIRAC (centre d'information et de recherche sur l''Allemagne contemporaine), rédactrice en chef de Regards sur l'économie allemande :

« Ils ont mené une politique de diversification : ils savaient qu'ils allaient être ouverts au marché. Ils ont réagi tôt et pris le temps de se préparer en profitant de leur situation de monopole. »

En quelques années le groupe a avalé successivement Danzas, groupe de logistique suisse, Air Express International, le français Ducros, le suédois ASG et surtout DHL, le géant américain, dopant son département logistique au détriment de son activité courrier : moins intéressante financièrement, cette dernière ne représente plus que 20% de son chiffre d'affaires et son l'effectif a été divisé par deux en dix ans !

Même régime drastique pour les bureaux de poste. 26 000 avant la privatisation, 13 000 aujourd'hui dont beaucoup sont de simples point de vente « filialisés ».

Un salaire minimum, l'exception allemande

Malgré ce désintérêt pour sa mission d'origine, la Deutsche Post continue d'occuper 90% des parts du marché du courrier allemand. Le reste se partage entre sept cents petites PME et deux grosses entreprises venues se positionner : la poste néerlandaise TNT et le groupe PIN, fondé en 2005 par trois entreprises des médias dont Axel Springer (propriétaire de Bild et Die Welt).

L'ouverture à la concurrence aurait ainsi généré 46 000 nouveaux emplois, selon la Bundesnetzagentur qui délivre les licences de distributeur. PIN-Group finit cependant l'année exsangue. La moitié de ses employés ont été licenciés et il cherche de toute urgence un repreneur.

En cause, l'accord sur un salaire minimum dans les entreprises postales, conclu entre le syndicat Ver.di et le patronat, et voté par le Parlement en décembre dernier. 9,80 euros de l'heure à l'Ouest, 9 euros à l'Est, presque un miracle pour un pays où le SMIC n'existe pas. C'était encore trop pour ces nouveaux arrivants sur le marché, décidés à se construire sur de l'emploi précaire, très mal payé, quand ce ne sont pas des mini-jobs à quatre cents euros par mois.

Avec ce salaire plancher, le géant allemand tenait aussi un moyen d'affaiblir la concurrence avant la levée du dernier monopole le 1er janvier 2008. La même Deutsche Post a visiblement moins de scrupule à pratiquer en Hollande « des salaires inférieurs de 66% à ceux de la poste hollandaise », selon l'un des dirigeants de Ver.di, Rolf Büttner. Et à sous-traiter en Allemagne à des sociétés de taxi bien en dessous du tarif négocié de neuf euros.
Monopole et tarifs abusifs

L'arrivée de la concurrence n'a pas fait baisser les prix. Le timbre allemand est depuis longtemps le plus cher d'Europe. Profitant de son monopole lors de ses premières années de privatisation, la Deutsche Post a pratiqué de très hauts tarifs, qui lui ont permis d'engranger des liquidités. Elle a même dû les rabaisser en 2003, rappelée à l'ordre par l'autorité des postes allemandes. C'est 45 centimes la carte postale, 55 centimes la lettre de moins de 20g, 90 centimes celle de moins de 50g. Des tarifs proches de ceux pratiqués en France aujourd'hui.

Vente de la banque postale

Au printemps, il a encore fallu des grèves de Ver.di pour que la clause de non-licenciement, dernière survivance du temps de l'entreprise étatique, soit maintenue et que la semaine de 38,5 heures soit encore la norme. Une manière de lisser la condition des salariés de Deutsche Post qui sont logés à deux enseignes. Ceux recrutés après la privatisation et sous régime privé, moins avantageux. Ceux d'avant, encore aujourd'hui soixante mille, qui bénéficient toujours de leur statut de fonctionnaire.

Pour l'heure c'est le volet bancaire, la Post Bank, qui préoccupe les dirigeants de Deutsche Post AG. Le conseil de surveillance se réunit le 12 septembre pour discuter de sa vente éventuelle. Il en espéraient une somme juteuse de dix milliards d'euros. Mais dans un contexte de crise bancaire et de dégringolade du cours de son action cet été, les marchés l'estiment autour de sept milliards.

Dans ces conditions, la cession pourrait être retardée. L'Etat allemand, encore actionnaire, ne compte pas brader la plus grande
jlavais dit Rue 89
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maah3.com/
 
La poste allemande : la face cachée de la privatisation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La poste allemande : la face cachée de la privatisation
» La poste allemande va tester des camions autonomes pour la livraison du courrier
» L’ex-patron de la poste allemande devant la justice pour fraude fiscale
» La poste allemande fait appel à des facteurs polonais pour briser une grève
» la privatisation de la Poste approuvée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des postiers :: POSTIERS EN LUTTE :: Postiers dans le monde-
Sauter vers: